dimanche 3 janvier 2016

Poche : Point Zéro - Antoine Tracqui (Pocket)


Ce premier roman d'Antoine Tracqui, Point Zéro, aura été une de mes lectures les plus marquantes de 2013 lors de sa sortie en grand format aux éditions Critic.
Imaginez donc combien je suis heureux à l'idée que le livre va découvrir un nouveau publique lors de sa sortie en format poche aux éditions Pocket le 14 janvier prochain.
Vous trouverez donc ci-dessous la chronique enthousiaste que j'avais mis en ligne en juillet 2013 ainsi les liens qui mènent à l'interview que j'ai réalisé avec Antoine Tracqui le mois suivant.

Il est difficile d'évoquer le techno-thriller sans parler de l'influence des romans de Jules Verne (merci à Eric Wietzel pour m'avoir rappelé cette évidence).

Ce genre hybride permet de mettre en avant des romans mêlant différents genres tels que le thriller, l'action, l'aventure, l'espionnage, la SF, l'Histoire et la guerre.

Il embarque le lecteur dans une aventure où son héros s'appuie sur la technologie de son époque, afin de se lancer dans une aventure retentissante où il va devoir dépasser ses limites, au fil d'une intrigue aux dimensions épiques.

Au vue de cette première ébauche de définition du genre, il est impossible de ne pas penser à l'apport de Jules Verne. Je peux me contenter de citer Voyage au centre de la terre pour coller à la définition mais l’œuvre de l'écrivain est riche d'ouvrages semblables.

Michael Crichton et Tom Clancy sont considérés comme les pères du genre tel qu'on le connait actuellement (on peut considérer que H.G. Wells a eu l'occasion d'être un auteur fondateur, avec Jules Verne). C'est un univers que j'apprécie grandement. Je pourrais vous parler des romans d'auteurs dont j'ai dévoré la prose, comme Michael Crichton, Douglas Preston & Lincoln Child, Steve Alten, Dan Brown, Robert Ludlum, Allan Follsom, Daniel Suarez, Sam Eastland, Andy McDermott, Craig Thomas, John Darnton, Carl Sagan, James Rollins, Clive Cussler, etc.

Mais ici, c'est Point Zéro d'Antoine Tracqui qui nous intéresse. Et il est redoutablement efficace. C'est l'un des rares auteurs français (avec Marin Ledun,  Jérôme Camut, Gilles Haumont, Guillaume Lebeau, Laurent Guillaume, Philippe Cavalier, Yal Ayerdhal ou Aurélien Molas) a trouver sa place dans la liste des auteurs dont je viens de citer le nom un peu plus haut.

Avec Point Zéro, il ne gagne pas que le droit de figurer dans cette liste : ce premier roman se paie le luxe de faire aussi bien que ses pairs anglo-saxons, si ce n'est mieux. Incroyable ce semblant de facilité qu'a l'auteur à démarrer une histoire d'une telle ampleur avec une aisance impossible à ne pas remarquer. C'est fluide, dynamique, avec une parfaite caractérisation des personnages. Je pourrai continuer à vous faire la liste des qualités de ce livre mais je ne retiendrai qu'un seul mot qui me semble bien résumer Point Zéro : la maitrise. C'est parfaitement maitrisé. Voilà, c'est même impressionnant de maitrise !

Point Zéro est conçu comme une mécanique implacable qui propulse son lecteur dans une histoire de 880 pages sans que l'on ne voit le temps passer. Que vous choisissiez de le lire d'une traite ou chapitre après chapitre, vous êtes marron : attaquez le d'une traite et vous ne dormirez pas pendant de longues heures. Dévorez-le morceau après morceau et cela va être un véritable supplice de le reposer.

Vous voulez que je vous dise ? Il y aura un avant et un après avec ce premier roman d'Antoine Tracqui. On peut considérer cela comme une sorte de point de départ, un Point Zéro qui dynamite le genre et présente au lecteur un auteur déjà incontournable.

À suivre Lien 1 Lien 2 et Lien 3.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

Aucun commentaire: