mercredi 13 janvier 2016

Chronique : Prendre Gloria - Marie Neuser (Fleuve)

Présentation ICI
Prendre Gloria, à paraitre ce jeudi 14 janvier aux éditions Fleuve, est la dernière partie du diptyque Prendre Femme de Marie Neuser commencé avec Prendre Lily.

Prendre Gloria nous éclaire sur le versant italien de cet incroyable fait divers et donne la parole aux différents acteurs de ce monumentale fiasco humain et judiciaire.

Via une narration complètement différente de celle de Prendre Lilly, Marie Neuser parvient à nouveau à boxer son lecteur : on est sonné, on a mal aux tripes devant cet enchainement de monstruosités qui ont permis à ce psychopathe en puissance, d'échapper à la justice pendant autant d'années.

Parce qu'au final, le véritable monstre n'est pas seulement Restivo. Ici, le monstre à de multiples visages, de multiples motivations. Et c'est certainement cette nouvelle prise de conscience qui chamboule encore un peu plus celui ou celle qui tourne les pages de la dernière partie du diptyque.

Outre que le sujet est d'une effrayante richesse, il donne surtout l'opportunité à Marie Neuser de jouer avec ses narrateurs et de finalement nous proposer un étonnant jeu de miroirs.

Je viens seulement de comprendre que j'ai découvert le véritable alter-égo littéraire de Marin Ledun : comme lui, Marie Neuser s'efface derrière son ou ses narrateurs pour mettre en avant son histoire. Elle a comme lui cette rare exigence qui nous embarque dans les recoins de notre société où le narrateur, véritable funambule, fond littéralement de l'intérieur et joue sa vie pour atteindre l'autre côté du fil. Et elle a le don pour trouver cette voix, cette écho qui va rentrer en résonance avec la voix du lecteur.

Prendre Gloria est, si besoin, la confirmation que cette nouvelle voix dans le polar français poursuit son ascension et que nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises.






Ci-dessus, deux morceaux incontournables de la playlist du livre...

Voir la chronique de Prendre Lily ICI et l'interview vidéo de la romancière à Saint-Maur en poche ICI.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Solivo et non pas Restivo ;-)

Fredo a dit…

L'un ou l'autre convient : Damiano Solivo dans le roman est Danilo Restivo, nom du véritable tueur qui est actuellement en prison.