samedi 31 août 2019

News : Au-delà du vide - S.K. Vaughn (Bragelonne)


Au-delà du vide (Across The Void) est le premier roman de SF de S.K.Vaughn, pseudonyme d'un scénariste américaine et auteur de thriller. MAJ du 14/09/2019 : il s'agit de Shane Kuhn.

Il est traduit par Sylvie Denis pour les éditions Bragelonne, et sera disponible le 16 octobre prochain.

4decouv de l'éditeur : Décembre 2067.

Seule humaine vivante à bord du Hawking II, la commandante May Knox était en mission d'exploration dans l'espace lorsque la catastrophe se produit. May se réveille d'un coma artificiel au cœur d'un vaisseau vide, sans aucun souvenir de ce qui s'est passé. Les systèmes à bord tombent en panne un par un et le reste de l'équipage a disparu. 

Elle découvre alors que ce qui ressemble à un accident n'en était peut-être pas un...

May n'a plus qu'une chance de survie  : Stephen Knox, scientifique de la NASA qui dirigeait la mission depuis la Terre. Et accessoirement son ex-mari, dont elle vient de se séparer.

À présent, May s'accroche à la vie et à la voix de Stephen, qui traverse les espaces infinis pour tenter de la ramener chez elle.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

jeudi 29 août 2019

Chronique : Cari Mora - Thomas Harris (Calmann-Lévy)


Avant de commencer à rentrer dans le vif du sujet, je vais vous raconter une petite blague, okay ? Savez-vous avec quelle est la compagnie aérienne préférée de Cari Mora ?

Air Maroc.

Voilà, c'est fait.

Cari Mora est le sixième roman de Thomas Harris, après 12 ans d’absence dans les rayons des librairies. Difficile de passer à côté de cette publication traduite par Bernard Cohen pour les éditions Calmann-Lévy.

Malgré un début d'histoire à l'écriture particulièrement froide et quasi clinique se cache un redoutable roman. Ponctué d'ellipses permettant de resserrer l'intrigue et lui donner un côté incandescent, l'histoire avance à un rythme de plus en plus rapide.

Comme dans l'excellent film You're Next, l’héroïne de Thomas Harris cache bien son jeu et les malfrats qui vont vouloir l'éliminer vont vite se rendre compte de leur erreur de jugement.

Il m'aura quand même fallut bien avancer dans le livre pour définitivement comprendre que j'ai bien eu raison de poursuivre ma lecture.

Alors si dans la forme, Thomas Harris commence son roman d'une manière peu engageante, il retourne progressivement la gêne du lecteur pour le faire entrer de plein pied dans un redoutable roman à suspense.

Et il parvient à intégrer dans son histoire une poignée de "monstres" qui on parfaitement leur place dans le panthéon des psychopathes de Thomas Harris.

Si comme moi, vous avez eu des doutes sur l'intérêt de lire ce roman, j'espère que cette chronique les aura dissipé.

Bon vol !

4decouv de l'éditeur : Des lingots d’or sommeillent depuis des années sous l’ancienne villa de Pablo Escobar à Miami Beach. Gangs et malfrats se battent pour mettre la main dessus.

Aujourd’hui, c’est au tour du maléfique Hans-Peter Schneider de tenter sa chance.  Mais c’était sans prévoir la présence de la sublime Cari Mora, qui veille sur les lieux. En matière de violence et d’armes à feu, personne n’a rien à lui apprendre.


Frédéric Fontès, www.4decouv.com

samedi 24 août 2019

Chronique : Recluse, Alex Verus t.5 - Benedict Jacka (Anne Carrière)


Le cinquième opus des aventures d'Alex Verus, Recluse, est disponible depuis juin dernier aux éditions Anne Carrière. Cinq tomes déjà, que Benedict Jacka nous invite à suivre les péripéties de son devin de héros.

Et si son héros parvient si bien à toucher ses lecteurs, ce n'est pas seulement grâce à son attachant casting. C'est aussi dû au fait que le lecteur lambda a l'habitude de jouer les devins en lisant d'autres livres et en tentant de deviner les agissements de tels ou tels personnages.

Le principe de cette série est à la fois simple et original : Alex Verus se retrouve régulièrement dans des situations inextricables, même en ayant fait usage de ses dons de divinations. Et ce qui va lui permettre de survivre est plus sa gymnastique de réflexion que son super-pouvoir. Son muscle principal, c'est son cerveau, et le voir s'en servir dans de monumentaux pics de stress est particulièrement jouissif.

Alex Verus est un héros cabossé qui doit faire le tri dans les possibilités qui s'offrent à lui et prendre la meilleur décision, au moment décisif, pour le bien de tous.

Superbement traduite par Marie de Prémonville (tome 1, 4 et 5, elle a aussi chapeauté les traductions des tomes 2 et 3 de Benjamin Kuntzer et  Cyrielle Ayakatsikas), la série Alex Verus vous offre l'occasion de découvrir un monde fantastique qui trouve sa source à deux pas de chez vous.

À la manière de Jim Butcher et de ses Dossiers Dresden, Benedict Jacka déploie des trésors d'ingéniosités pour nous conter les aventures de son devin urbain si attachant.

J'ai surtout beaucoup aimé son casting féminin, à la fois riche, puissant et fascinant. Des personnages secondaires qui deviennent très vite indissociable de la qualité du titre. 

Le 10e tome de la série vient de paraitre en 2019 au Royaume Uni, donc pas besoin d'être devin pour avoir la garantie de bonnes heures de lectures pour les mois et années à venir !

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

jeudi 22 août 2019

Chronique : Vaste comme la nuit - Elena Piacentini (Fleuve)


Après Comme de longs échos publié en 2017, Vaste comme la nuit disponible ce 22 aout dans toutes les librairies, est la seconde enquête de la capitaine Mathilde Sénéchal écrite par Elena Piacentini.

Ce n'est pas un hasard si Elena Piacentini  a trouvé l'inspiration pour les deux titres de ses romans dans ce sonnet de Charles Baudelaire :

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
— Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

— Charles Baudelaire
Un sonnet qui trouve écho dans la prose de la romancière. Comme dans son précédent roman, elle parvient à nouveau à transporter son lecteur dans une histoire riche en saveurs et en parfums.

Complètement atypique dans sa forme et dans son fond, Elena Piacentini prend le temps de faire respirer ses personnages. Elle fait aussi l'étonnant choix de nous révéler dès le second tome les origines du traumatisme de son héroïne. Enfin, étonnant dans le cadre d'une série, mais parfaitement logique dans le cas d'un diptyque (si c'en est un !).

Philippe Pollet Villard a dit : "Dans un voyage ce n'est pas la destination qui compte mais toujours le chemin parcouru, et les détours surtout. "

Vaste comme la nuit est belle expérience de lecture et une nouvelle invitation d'Elena Piacentini à prendre les chemins de traverses.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mercredi 21 août 2019

Chronique : le bal des folles - Victoria Mas (Albin Michel)


Le bal des folles
qui vient de paraitre ce 21 aout aux éditions Albin Michel, est le premier roman de Victoria Mas.

En refermant la dernière page, j'ai aimé découvrir que le titre et surtout la présentation de l'éditeur ne sont finalement qu'un fragment dans l'histoire de Victoria Mas.

Un prétexte qui lui permet de dépeindre le tableau peu idyllique de la condition de la femme au 19e siècle. Et plus spécifiquement de ces femmes que l'on considérait comme folles et qui se retrouvaient internées quasi systématiquement pour des motifs fallacieux.

Si "le bal des folles" est une date importante dans le calendrier de ces "patientes" et des employés de la Salpêtrière, il permet en amont à son autrice de composer des portraits de femmes sensibles, émouvants et particulièrement attachants.

En fait, Victoria Mas nous propose la conclusion optimiste d'un Luke La Main froide : comme Luke, Eugénie est "hors norme", considérée comme une personne qui n'est pas saine d'esprit et se retrouve enfermée dans une institution sensée l'isolée du reste de la population. Et lors de son passage, elle va elle aussi illuminer le quotidien de son entourage.

Pour ces premiers pas dans le grand bal de l'édition, Victoria Mas mérite amplement son étoile !

4decouv de l'éditeur : Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles.  Le temps d'une soirée, le Tout-Paris s'encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles - d'un côté les idiotes et les épileptiques ; de l'autre les hystériques, les folles et les maniaques - ce bal est en réalité l'une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mardi 20 août 2019

News : Une cosmologie de monstres - Shaun Hamill (Albin Michel)



À paraitre le 2 octobre prochain, dans la collection Imaginaire des éditions Albin Michel, Une Cosmologie de monstres, premier roman de l'américain Shaun Hamill. Il est traduit par Benoît Domis.

Voir la couverture originale sur le site de la maison d'édition en cliquant ICI.


Le roman a été optionné en vue d'une adaptation en série tv, à suivre...

4decouv de l'éditeur : La Famille Turner, de Vandergriff (Texas), se tient sur le seuil d'un monde terrifiant dominé par une cosmologie de monstres.

Est-ce le leur ou est-ce le nôtre ?


Shaun Hamill est américain. Une Cosmologie de monstres, appelé à devenir une ambitieuse série télévisée, est son premier roman.

« Dans Une Cosmologie de monstres, Shaun Hamill allie brillamment les univers angoissants de H.P. Lovecraft avec l'histoire contemporaine d'une famille menacée de destruction par des forces surnaturelles. Il réussit son coup, parce que ces braves gens pourraient être nos voisins. L'horreur ne fonctionne que lorsque nous nous attachons aux personnes concernées ; nous nous attachons aux Turner, et leurs cauchemars deviennent les nôtres. La prose de Hamill est sobre, tout simplement belle. Voilà à quoi ressemblerait un roman d'horreur signé John Irving. J'ai adoré ce livre, et je pense qu'il vous plaira aussi. »  
Stephen King

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

vendredi 9 août 2019

News : l'ile du diable - Nicolas Beuglet (XO)






Le 4e roman de Nicolas Beuglet, l'île du diable, est annoncé pour le 19 septembre prochain, aux éditions XO.

4decouv de l'éditeur : Où, après l'affaire du Vatican qui l'a menée en prison, Sarah Geringën, l'inspectrice norvégienne, ancienne des forces spéciales, se retrouve confrontée à un meurtre qui va l'ébranler au plus profond de son être, réveillant la douleur d'un passé aux multiples zones d'ombre.
Frédéric Fontès, www.4decouv.com