mercredi 7 décembre 2016

News : Alien, Hors des ombres - Tim Lebbon (Huginn & Muninn)


Alien, Hors des Ombres est la première partie d'une trilogie de romans écrite par trois auteurs différents et située dans la continuité des trois premiers films de la saga.

Cet opus, signé Tim Lebbon, est traduit par Isabelle Pernot pour les éditions Huginn & Muninn.

Suivrons Sea Of Sorrows de James A. Moore et River Of Pain de Christopher Golden, dans cette collection dédiée,  Alien Hors des Ombres.

Présentation de l'éditeur :

Envoyé dans les mines d'une planète hostile, l'équipage du Marion doit affronter des conditions difficiles. Climat aride, espaces restreints... la mission s'annonce périlleuse. Mais rien ne pouvait préparer Hoop et ses compagnons à faire face à la menace des passagers clandestins ramenés bien malgré eux par les mineurs. Leur unique espoir ? La seule personne à avoir jamais survécu à l'attaque de ces créatures vicieuses. Une femme qui devra braver les fantômes de son passé. Une inconnue du nom d'Ellen Ripley.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

News : Dans la forêt - Jean Hegland (Gallmeister)


À paraitre le 3 janvier 2017, Dans la forêt de Jean Hegland, traduit par Josette Chicheportiche pour les éditions Gallmeister.
Le livre a fait l'objet d'une adaptation au cinéma en 2015, réalisée par Patricia Rozema, avec entre autres Ellen Page, Evan Rachel Wood et Max Minghella.



Présentation de l'éditeur :

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses.

Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle.
 
Frédéric Fontès, www.4decouv.com

Chronique : Bienvenue à Cotton Warwick - Michael Mention (Ombres Noires)


Et si Jack Ketchum se retrouvait aux éditions Territori ?

Le nouveau roman de Michael Mention, Bienvenue à Cotton Warwick,  vient de paraitre aux éditions Ombres Noires.
Pour vous donner une idée, c'est un peu comme si le pub de Cotton Warwick était le coin préféré de Mick Taylor, le dépanneur incarné par John Jarratt dans Wolf Creek.

On pense évidemment à d'autres films et romans comme La Colline a des yeux, Tremors, les Oiseaux (tiré du livre de Daphne du Maurier), Razorback (du livre de Peter Brennan), Off Season (du roman Morte Saison de Jack Ketchum) et Délivrance (du roman de James Dickey).

Vous avez donc compris que lorsque vous rentrez dans la ville, vous n'avez pas besoin de panneau pour vous souhaiter la bienvenue.
Encore une fois, Michael Mention change de registre et de décor. Et à nouveau, il nous embarque et parvient à captiver notre attention jusqu'à la dernière page. 

Bienvenue à Cotton Warwick se lit comme on dévore un bon film d'horreur : le calme avant la tempête augure d'un déferlement de violence particulièrement gratiné.
Un roman à ne pas mettre entre toutes les mains certes mais qui devrait pleinement satisfaire les amateurs d'un genre (le survival) rarement abordé par nos auteurs français.

Ne vous y trompez pas, ce bienvenue dans le titre est une simple formule de politesse. Michael Mention aurait tout aussi bien pu le titrer : Bienvenue en Enfer.


Présentation de l'éditeur :

À Cotton Warwick, village coupé du monde dans l'outback australien, les habitants survivent plus qu'ils ne vivent, partageant leur quotidien entre chasse au kangourou et soirées au pub. Mais une série de morts suspectes commence à bouleverser leur vie.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

lundi 5 décembre 2016

Chronique : Dictionnaire de la France mystérieuse - Marie-Charlotte Delmas (Omnibus)


Si vous cherchez encore une idée de cadeau originale pour noël, je vous invite à vous ruer sur ce "petit" dictionnaire de 850 pages.
Avec ce Dictionnaire de la France Mystérieuse, Marie-Charlotte Delmas nous présente différentes entrées comme autant de portes menant à ces croyances populaires qui ont marqué des générations.
Au-delà des superstitions, c'est surtout une merveilleuse déclaration d'amour pour ces petits choses qui faisait le quotidien de nos ancêtres : les saisons, la nature, le temps, la faune, la flore, le minéral, etc.
Autant de signes et de traces que la romancière s'est chargée de recueillir afin de nous offrir un instantané, un portrait de cette France mystérieuse qui aiguise constamment notre imagination.
Une petite bible d'un quotidien ancestral qui trouve encore de nos jours un grand nombre de résonances.
À venir en mai 2017, la seconde partie de ce diptyque, Le Dictionnaire de la France Merveilleuse, qui devrait tout autant nous enchanter.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

jeudi 1 décembre 2016

Chronique : Un Coupable Idéal - Steve Cavanagh (Bragelonne)


Soyez prévenus, si vous commencez ce livre, attendez-vous à ne pas pouvoir le refermer avant la fin. L'intrigue ne nous lâche pas une seule seconde.

Avec son premier roman La Défense, on l'avait comparé à Michael Connelly. Avec cette extra-ordinaire plaidoirie (The Plea en vo), Steve Cavanagh marche clairement dans les pas d'un autre maitre en matière de thriller mené à 100 à l'heure : Jeffery Deaver.

Comme Deaver, Cavanagh propose à ses lecteurs une cascade de révélations qui booste son intrigue et ne laisse aucun répits à son personnage principal, Eddie Flynn.

Foncez, c'est une merveille  !

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

jeudi 24 novembre 2016

Chronique : A comme Apocalypse - Preston & Child (L'Archipel)






En 2002, les éditions de l'Archipel reprenaient avec Ice Limit la publication des romans de Douglas Preston & Lincoln Child, (finalement laissées définitivement en suspend par les éditions Robert Laffont en 2003 avec Les Sortilèges de la Cité Perdue).
Pour les lecteurs français, 14 ans séparent Ice Limit d’A comme Apocalypse (pour les lecteurs anglo-saxons, cela fait 16 ans).
Mais dans la continuité des romans de Douglas Preston et Lincoln Child, il ne s'est déroulé que 5 années.
5 années pendant lesquelles Eli Glinn, principal acteur des évènements narrés dans Ice Limit, songeait à retourner sur les lieux de l'incident.
Et cette nouvelle série consacrée à Gideon Crew (un jeune héros créé en 2011 à un moment où Harlan Coben déclinait lui aussi ses thrillers en version pour ado avec Mickey Bolitar) va servir de prétexte au duo de romancier pour revenir dans l'Ice Limit et conclure leur histoire.
Fan acharné de cet incroyable pair de romanciers américains, je considère Ice Limit comme l'un de leur meilleur roman.
C'est dire si j'étais impatient de lire cette suite.
Et je n'ai pas été déçu. J'ai dévoré le livre en 2 jours, impatient de tourner les pages et de connaitre la nouvelle donne concernant ce mystérieux objet céleste tombé au fond de l'océan.
Malgré quelques petits bémols (nouvelle histoire d'amour "compliquée" pour le héros, son sursis encore une fois rapidement évoqué et une fin un peu vite expédiée), on retrouve ici les ingrédients des romans les plus incroyables de Preston / Child, ensemble ou en solo.
Difficile par exemple d'ignorer la patte de Lincoln Child qui a montré en solo sa fascination pour ces histoires monumentales où un mystère en cache un autre, comme dans Deep Storm ou La Troisième Porte
Même si je considère que le véritable intérêt de la série Gideon Crew sont les romans qui amènent à celui-ci (donc S comme Survivre et A comme Apocalypse), je ne peux que vous inviter à la commencer avec R comme Revanche et C comme Cadavre. Et évidemment avec Ice Limit si vous ne l'avez pas encore lu.
Un grand merci aux éditions de l'Archipel et au traducteur Sebastian Danchin pour leur réactivité, quand on sait que Beyond The Ice Limit a été publié en mai 2016 aux USA, il y a seulement 6 mois de cela.
Pour moi, c'est donc un A comme Addiction !

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mercredi 9 novembre 2016

Chronique : Nous allons mourir ce soir - Gillian Flynn (Sonatine)


Diabolique, Gillian Flynn est diabolique !
Les éditions Sonatine nous font le plaisir de proposer cette histoire inédite de 60 pages dans un superbe écrin à la couverture cartonnée et avec un bel effet brillant.
Traduit par Héloïse Esquié, Nous allons mourir ce soir (The Grownup) est un superbe hommage à certains romans justement cités dans l'histoire, dont Maison Hantée de Shirley Jackson (j'ai adoré le livre, terrifiant, ainsi que l'adaptation ciné de 63 signée Robert Wise), La Dame en blanc de Wilkie Collins (considéré comme le premier roman policier), ou Le Tour d'Écrou d'Henry James dont Flynn rend ici hommage.
Les références littéraires créent une sorte de mise en abime en reliant entre elles ces histoires qui traitent de la paranoïa, dans une ambiance particulièrement angoissante.
On pense aussi à l'excellent film Stoker de Park Chan-wook.
C'est brillant et c'est parfaitement bien mené.
À ne pas rater !

Présentation de l'éditeur :

Après une enfance difficile, la narratrice anonyme devient travailleuse du sexe. Des années d'expériences ont développé chez elle un véritable don pour décrypter la psychologie de ses interlocuteurs, leurs intentions et leurs envies. Aussi lui arrive-t-il d'officier occasionnellement comme voyante. Lorsqu'elle rencontre Susan Burke, une femme aisée aux prises avec une situation dramatique, elle accepte de l'aider. 
Susan et sa famille ont emménagé à Carterhook Manor, une vieille demeure inquiétante, marquée par une violente histoire vieille de cent ans. Sur place, la narratrice rencontre Miles, le beau-fils de sa cliente, un adolescent au comportement étrange et glaçant. Saura-t-elle découvrir toute la vérité sur Carterhook Manor et la famille qui l'habite désormais ?

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

dimanche 23 octobre 2016

Poche : La Défense - Steve Cavanagh (Milady)


C'est le 21 octobre dernier que les éditions Milady ont publié en format poche le roman de Steve Cavanagh, La Défense.

Voici ce que j'en disais en août 2015 lors de sa publication en grand format chez Bragelonne Thriller :

J'ai passé un très agréable moment de lecture en lisant ce premier roman de Steve Cavanagh. Le thème est un classique du genre mais le traitement du romancier est suffisant percutant pour tenir en haleine son lecteur de bout en bout.

Difficile de reposer le livre, le rythme est implacable. Le passé de mauvais garçon et d'arnaqueur du héros en fait un redoutable pion difficile à manipuler, et c'est ce que va découvrir ce chef de la mafia russe.

La Défense est dans le parfait prolongement de Survivre de Gregg Hurwitz, Caché de David Ellis, Mortelle Défense de Brad Meltzer, du très efficace Les 500 de Matthew Quirk et évidemment, il lorgne habilement du côté de La Défense Lincoln de Michael Connelly.

Je suis dès à présent impatient de lire la prochaine aventure d'Eddie Flynn !

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mercredi 19 octobre 2016

News : Metamorphosis - Viviane Perret (Le Masque)


Je viens de commencer la lecture de Metamorphosis, premier tome d'une série consacrée à Houdini, Magicien & Détective, signé Viviane Perret et publié aux éditions Le Masque le 5 octobre dernier.
Je me régale, chronique à venir !
En attendant, lisez la chronique enthousiaste du Joyeux Drille en cliquant ICI.

Présentation de l'éditeur :

San Francisco, juillet 1899. Le jeune magicien Harry Houdini, en tournée en Californie avec sa charmante épouse Bess, fait alors sensation avec son tour Metamorphosis (ou la malle des Indes) et son tout nouveau numéro d'escapologie, où il se débarrasse de dizaines de menottes et de chaînes en quelques minutes.
Après l'un de ses spectacles, Houdini est invité à se rendre à Chinatown chez un riche négociant en soie. Ong Lin Foon, qui n'a aucune confiance en la police, lui demande de retrouver sa nièce, kidnappée à son arrivée à San Francisco. Le marchand craint qu'elle n'ait été enlevée pour aller grossir les bordels de Chinatown. Poussé par Bess qui juge le sort de ces victimes révoltant, Houdini accepte de mener l'enquête. Ce que Bess ignore, c'est que le magicien va également mener en parallèle une mission secrète pour le gouvernement américain...


Entre mafia chinoise, corruption et tours de magie, un portrait passionnant de Houdini dans une Amérique du xxe siècle en profonde mutation.

L'incroyable destin du plus grand magicien du monde offre une fiction jamais bien loin de la réalité. Metamorphosis est le premier tome d'une série historique qui verra Houdini mener l'enquête dans le monde entier.


Frédéric Fontès, www.4decouv.com

Chronique : Annihilation, Tome 1 - Jeff Vandermeer (Au Diable Vauvert)


Je suis partagé en ce qui concerne ce roman de Jeff Vandermeer, Annihilation, premier tome de la Trilogie du Rempart Sud, publié il y a quelques mois par les éditions Au Diable Vauvert.
Autant c'est bourré de bonnes idées mais le style de l'auteur ne fait vraiment pas honneur à son histoire.

C'est typiquement le genre de lecture qui va vous faire réfléchir entre deux chapitres mais dont le style va parfois vous plonger dans un brouillard complet.
C'est un concept très intéressant qui aurait certainement mérité d'être mieux développé par l'auteur (j'ai lu le roman en parallèle du visionnage des premiers épisodes de la série Westworld à la tv : les robots perdent le soir venu, la mémoire de ce qu'ils ont vécu dans le parc, un peu comme si leurs concepteurs les avaient placé sous hypnose pour les faire agir selon un scénar établit et ensuite leur faire oublier des choses pour rester concentré sur leurs rôles respectifs).

L'autre problème, c'est que l'auteur peine à mettre en valeur le décor de son livre. Son univers fourmille de bonnes idées mais Jeff Vandermeer est à la peine quand il s'agit de plonger son lecteur dans cette fameuse Zone X.
Étant donné que l'histoire nous est racontée par une personne qui rapporte et collecte les faits qu'elle a vécue, c'est à se demander si l'auteur n'a pas pousser trop loin le fait de vouloir donner la parole à un personnage dont l’éloquence littéraire n'est pas le point fort.
Et quand je vous dis qu'il donne à réfléchir, j'ai un exemple en tête : dans Annihilation, on découvre que les membres de l'expédition ont été conditionné par l'hypnose afin qu'ils restent concentrés sur leur missions principal.

Malgré tout, et c'est paradoxal, je le reconnais, j'en conseille vivement la lecture. Il y a un truc à part dans cette histoire, une chose vivante et angoissante qui erre dans les recoins, et qui n'est pas sans rappeler les histoires cauchemardesques de Lovecraft.

À noter que le livre va faire l'objet d'une adaptation au cinéma et que visuellement, ça peut donner un spectacle fabuleux. À condition que les scénaristes ne soient pas parfois aussi cryptiques et digressifs que Jeff Vandermeer.

Merci Au Diable Vauvert pour ce superbe objet, avec le joli vernis sélectif de la couv, et félicitations au traducteur Gilles Goullet qui a du bien batailler pour tenter de rendre un semblant de clarté à ce texte pas très glamour au premier abord.
Vivement la suite, je reste curieux de voir où l'auteur veut nous emmener...

Frédéric Fontès, www.4decouv.com