jeudi 21 mars 2019

Chronique : Un homme à sa fenêtre - David Thomas (Anne Carrière)


"Quand t'as pas la réponse, te pose pas la question." Albert Cossery, p64. 

Un homme à sa fenêtre est ma première rencontre avec l'univers de David Thomas et de ses microfictions. La présentation de l'éditeur m'avait intrigué, cette dernière évoquant "l'art de l'instantané, [...] et les petits travers de ses contemporains."

C'est un de ces livres dont en faire l'expérience est une aventure en soit. Il parvient avec une certaine malice à réveiller notre voix intérieur. Car on est toutes et tous, des hommes et des femmes à leurs fenêtres.

En évoquant, entre autres, le quotidien d'un écrivain, David Thomas parvient à réveiller nos envies d'écriture. Impossible de ne pas lire ce livre sans éprouver l'envie de prendre un papier et un crayon et de noircir quelques pages sur un coin de table. L'une des dernières fois où j'ai ressenti cette pulsion, c'était en lisant l'essai Écriture de Stephen King. Un autre livre qui ouvrait lui aussi, une fenêtre dans la tête de son lecteur.

Ironique, poète, philosophe, sarcastique ou mélancolique, David Thomas saura faire échos à coup sur à vos propres instantanés de vie.

J'ai beaucoup aimé et je vais jeter un œil sur son livre de 2018, Le poids du monde est amour.

4decouv de l'éditeur : "Je suis celui qui reste quand les autres partent." Dans ce livre, beaucoup d'hommes restent au foyer pour observer les autres depuis leur fenêtre. Un père a honte de son fils ; une femme lit sa vie amoureuse dans les slogans politiques ; des universitaires, des cadres, des ados ou une youtubeuse parlent un jargon incompréhensible ; un jardinier joue des castagnettes à ses melons ; une fille s'épouse elle-même, et d'autres se méfient des chauves ; un écrivain abandonné par son éditeur se voit livrer cent kilos de pommes de terre pour continuer d'écrire... Directs, ironiques, émouvants, ces textes débordent d'humanité et d'humour. David Thomas joue de son art de l'instantané pour nous faire voir le monde sans concession ni manières, et s'amuse de ses petits travers autant que de ceux de ses contemporains.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com







News : Offrande Funèbre - Preston & Child (L'Archipel)






La 18e enquête de l'inspecteur Pendergast sera publiée le 15 mai 2019. 
Offrande Funèbre de Douglas Preston et Lincoln Child est traduit par Sebastian Danchin pour les éditions de l'Archipel.

La 4decouv : Après un changement de direction au siège new-yorkais du FBI, l'agent spécial Pendergast est contraint d'accepter l'impensable : travailler en binôme.
Pendergast et Coldmoon, son nouveau partenaire, partent aussitôt à Miami, où un cœur humain fraîchement prélevé a été déposé sur la pierre tombale d'une femme qui s'est suicidée une dizaine d'années plus tôt. 

Seul indice : une lettre d'amour destinée à la défunte et signée d'un certain M. Joli-Cœur...
Puis d'autres jeunes femmes sont assassinées, dont les cœurs viennent fleurir de nouvelles tombes de femmes qui toutes se sont pendues...
Existe-t-il un lien entre ces deux séries de meurtres ? Pourquoi M. Joli-Cœur a-t-il attendu dix ans pour frapper de nouveau ? Et pourquoi ces mots d'amour destinés à ces femmes qui reposent sous terre depuis si longtemps ? 

Un mystère digne d'un Pendergast au sommet de son art.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

dimanche 17 mars 2019

News : Le Coeur et la Chair - Ambrose Parry (Seuil)


Ambrose Parry est le pseudo d'un couple d'écossais, Chris Brookmyre, auteur d'une vingtaine de romans (Un Matin de Chien, ou prochainement Sombre avec moi chez Métailié) et de sa femme Marisa Haetzman, médecin anesthésiste à l'origine de l'histoire.

Amateurs amatrices de thrillers historiques, on a peut-être le premier opus d'une nouvelle bonne série à se mettre sous la dent : Le Cœur et la chair.

Réponse le 2 mai prochain aux éditions Le Seuil.

À savoir que les livres seront bientôt adaptés à la tv avec Benedict Cumberbatch dans le rôle titre.

Présentation de l'éditeur : Le jeune Will Raven, issu d'un milieu modeste, est apprenti chez le Pr Simpson, dont la notoriété, le savoir-faire obstétrique et les recherches sur les anesthésiques en font une personnalité majeure de l’Écosse victorienne.

Il règne une activité constante dans la célèbre demeure du 52 Queen Street à Édimbourg. Will y fait, entre autres, la connaissance de Sarah, femme de chambre et assistante de Simpson, dont le caractère bien trempé le déroute et le séduit tout à la fois. 


Mais à peine a-t-il le temps de prendre ses nouvelles fonctions que plusieurs femmes sont retrouvées sauvagement assassinées aux quatre coins de la ville. Parmi elles, une jeune prostituée, Evie, amie intime de l'apprenti chirurgien...

Face à l'indifférence des services de police, Will décide de mener l'enquête avec l'aide précieuse de Sarah. Une enquête qui les conduira tous deux au cœur sombre des enjeux scientifiques de l'époque.


Frédéric Fontès, www.4decouv.com

News : Luca - Franck Thilliez (Fleuve)






On connait désormais la couverture du 18e roman de Franck Thilliez, Luca, à paraitre le 2 mai prochain, aux éditions Fleuve.

Allez, la 4decouv, c'est cadeau !

Présentation de l'éditeur : " Existe-t-il encore un jardin secret
que nous ne livrions pas aux machines ? "


Partout, il y a la terreur.
Celle d'une jeune femme dans une chambre d'hôtel sordide, ventre loué à prix d'or pour couple en mal d'enfant, et qui s'évapore comme elle était arrivée.
Partout, il y a la terreur.
Celle d'un corps mutilé qui gît au fond d'une fosse creusée dans la forêt.
Partout, il y a la terreur.
Celle d'un homme qui connaît le jour et l'heure de sa mort.

Et puis il y a une lettre, comme un manifeste, et qui annonce le pire.
S'engage alors, pour l'équipe du commandant Sharko, une sinistre course contre la montre.
C'était écrit : l'enfer ne fait que commencer. 


Frédéric Fontès, www.4decouv.com

dimanche 24 février 2019

Chronique : Erectus - Xavier Müller (XO)


Derrière une couverture hideuse (on dirait un très mauvais portrait-robot réalisé sur un ancien PC) et un titre pas vraiment glamour, se cache une pépite du genre.

Et dans le genre, rares sont les auteurs français à s'y froter. Il faut le reconnaitre, le techno-thriller à la sauce monstres est plutôt une spécialité anglo-saxonne. Michael Crichton, Steve Alten, Warren Fahy ou Douglas Preston & Lincoln Child ont quelques romans dans leurs biographies respectives à avoir marqué les esprits.

En lisant Erectus de Xavier Müller, j'ai retrouvé des sensations de lecture que je n'avais pas ressenties depuis Le mystère Néandertal de John Darnton (si vous ne connaissez pas ce dernier, ruez-vous dessus !).

Si l'auteur digresse parfois légèrement quand il nous propose un petit back-up de ses personnages principaux, il parvient avec brio à développer un sujet d'ampleur et à mener sa barque jusqu'à la fin.

Je me suis également surpris à penser au phénomène la Planète des singes. Parce que l'air de rien, on peut considérer cet Erectus comme une belle variante de l'histoire de Pierre Boule : suite à un virus, les hominidés deviennent l'espèce dominante et se confrontent aux hommes restants.

Erectus est le second roman Xavier Müller après Dans la peau d'un autre publié en 2011. Je vais tacher de remettre la main dessus, je l'ai acheté à l'époque de sa sortie et il attend patiemment dans un coin de la biblio... En attendant son prochain avec impatience.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

vendredi 15 février 2019

News : Terminus - Tom Sweterlitsch (Albin Michel)

Quand Inception rencontre True Detective

Terminus est le second roman de Tom Sweterlitsch. Traduit par Michel Pagel et avec une illustration de couverture signée Aurélien Police, le roman sera publié le 2 mai 2019 aux éditions Albin Michel dans la collection Imaginaire.

Il a été optionné pour une adaptation au cinéma par Neil Blomkamp.

Présentation de l'éditeur : Depuis le début des années 80, un programme ultra secret de la marine américaine explore de multiples futurs potentiels. Lors de ces explorations, ses agents temporels ont situé le Terminus, la destruction de toute vie sur terre, au XXVIIe siècle. En 1997, l’agent spécial Shannon Moss du NCIS reçoit au milieu de la nuit un appel du FBI : on la demande sur une scène de crime. Un homme aurait massacré sa famille avant de s’enfuir. Seule la fille aînée, Marian, 17 ans, serait vivante, mais reste portée disparue. Pourquoi contacter Moss? Parce que le suspect, Patrick Mursult, a comme elle contemplé le Terminus... dont la date s’est brusquement rapprochée de plusieurs siècles. 

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mercredi 6 février 2019

News : En attendant le jour - Michael Connelly (Calmann-Lévy)


Nouvelle héroïne, nouvelle série !

En attendant le jour (The Late Show) de Michael Connelly met en scène l’inspectrice Renée Ballard dans le premier tome d'une série à paraitre le 13 mars aux éditions Calmann-Lévy.

Présentation de l'éditeur : Reléguée au quart de nuit du commissariat d’Hollywood, l’inspectrice Renée Ballard se lance dans des enquêtes qu’elle n’a pas le droit de mener à leur terme. Le règlement l’oblige en effet à les confier aux inspecteurs de jour dès la fin de son service. 

Mais, une nuit, elle tombe sur deux affaires qu’elle refuse d’abandonner: le tabassage d’un prostitué laissé pour mort dans un parking, et le meurtre d’une jeune femme lors d’une fusillade dans un night-club. 

En violation de toutes les règles et contre les désirs mêmes de son coéquipier, elle décide de travailler les deux dossiers de jour tout en honorant ses quarts de nuit. 

L’épuisement la gagne, ses démons la rattrapent et la hiérarchie s’acharne, mais Renée Ballard n’est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

lundi 4 février 2019

News : La Dernière Chasse - JC Grangé (Albin Michel)






À paraitre le 19 mars 2019 aux éditions Albin Michel, La Dernière Chasse de JC Grangé est la novelisation des deux premiers épisodes de la saison 1 des Rivières Pourpres, diffusée en septembre dernier su France 2. Un série écrite et quo-crée par JC Grangé himself.

Présentation : Depuis les événements survenus à Guernon (dans le roman Les Rivières Pourpres), le commissaire Pierre Niemans est muté à la tête de l’Office central contre les crimes de sang (OCCS). Il fait équipe avec une ancienne et meilleure élève, Camille Delaunay. Niemans la considère comme sa fille. Ensemble ils vont résoudre les enquêtes les plus difficiles. 

Le cadavre d'un chasseur est retrouvé en forêt, horriblement mutilé : la cage thoracique est ouverte, les organes vitaux arrachés, le corps porte des traces de morsures multiples. Accentuant encore le caractère macabre de la scène, les assassins ont placé un brin de chêne, trempé dans le propre sang de la victime, entre les dents. Le défunt n'est pas n'importe qui. Il s'agit du jeune héritier d'une des plus grandes fortunes européennes. Camille et Niemans pénètrent le cercle intime de la victime, les von Geyersberg, représentée et dominée par sa sœur, Laura...

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

dimanche 3 février 2019

C'est Culturellement Dingue : Le Livre-Service de l'éDitions Saison 1 Épisode 1




C’est Culturellement Dingue, c’est le fruit d’un véritable coup de foudre entre deux blogueurs, partageant ensemble un amour immodéré pour les livres, les comics et surtout la déconne.

La question que nous nous sommes posés : peut-on parler des livres et de leurs auteurs tout en déconnant ? Et la réponse est un immense OUI !

C’est Culturellement Dingue est pour nous aussi l’occasion de dire un grand merci à ces auteur-e-s que l’on aime même si on les malmène un peu (beaucoup ?). 

C’est Culturellement Dingue, c’est beaucoup de bricolage sans prétention et spontané. C’est fait avec les pieds mais on compte sur vos yeux et vos doigts pour nous regarder, nous soutenir, cliquer, partager et commenter nos vidéos.

Fred et David

Nous remercions Les Nuls, Les Inconnus, Les Robins des Bois, Jonathan Cohen, Thomas FDB, Eric & Quentin, qui ont tous démontré qu’il ne fallait pas avoir peur du ridicule pour faire rire. Ça tombe bien, on n’a pas peur !

mercredi 30 janvier 2019

Chronique : L'Outsider - Stephen King (Albin Michel)

Présentation ICI
« Je crois qu'il y a dans ma tête des dizaines de pensées alignées en file indienne derrière chaque pensée consciente. »

Voici une belle phrase prononcée par un des personnage du livre. J'aime bien extirper ce genre de propos d'un livre qui me permet d'évoquer divers processus d'écriture et de lecture.

Ici, cette phrase synthétise parfaitement bien les pensées de l'auteur, de son personnage et aussi celles de son lecteur. Une belle mise en abime qui permet de jouer avec cette notion d'idées que l'on assimile, que notre cerveau traite puis classifie à sa manière et que notre inconscient va se mettre à faire mijoter. Et pour nous faire mijoter, Stephen King sait y faire.

100 premières pages où l'on se dit que l'intrigue a du mal à s'emballer.
100 pages de plus pour se prendre une grosse claque dans la tête.
130 pages encore, et l'Outsider prend son sens.

L'équation de départ est simple : un meurtre atroce, des preuves irréfutables qui désignent un coupable, l'empathique Terry Maitland. Et ce dernier présente un alibi lui aussi irréfutable.

Pas la première fois que Stephen King met en scène une équation de ce genre. J'ai immédiatement pensé à la Ligne Verte et à John Caffey, accusé d'un double meurtre dont on sait très vite en tant que lecteur qu'il n'a pas pu le commettre.

Ralph Anderson, l'enquêteur qui se penche sur cette affaire en incarnant les doutes, la colère et les certitudes des lecteurs.

« Je crois qu'il y a dans ma tête des dizaines de pensées alignées en file indienne derrière chaque pensée consciente. »

Ces pensées alignées, Stephen King les incarne dans ses pages en nous plongeant dans le processus de réflexion de son enquêteur. Elles prennent également la forme d'un puzzle, comme le suggère un des personnages. De multiples narrateurs prennent successivement les rênes de l'intrigue pour amener une pièce manquante l'une après l'autre.

En se rassemblant, ils découvrent l'ampleur du mystère auquel ils sont confrontés. Une structure narrative classique mais entre les mains de Stephen King, celle-ci fait des merveilles.
Le Ka est mentionné une fois dans le livre, et c'est seulement à ce moment là que j'ai compris que ce groupe de personnes qui part en chasse de cet Outsider forme en fait un autre Ka-tet (que celui formé dans la saga de la Tour Sombre).

Dans l'Outsider, on y retrouve Holly Gibney, un personnage qui a fait son apparition dans la trilogie Bill Hodges regroupant Mr Mercedes, Carnets Noirs, et Fin de ronde. J'ai pensé au personnage d'Elsbeth Tascioni dans The Good Wife incarné par Carrie Preston.


Je n'ai pas lu cette dernière trilogie, alors qu'elle est dans ma bibliothèque depuis un bail. Je vais m'y mettre dans les semaines qui viennent.

Je reste sceptique sur la manière dont Stephen King conclut la partie "judiciaire" de son histoire mais pour le reste, c'est toujours un régal.

L'Outsider de Stephen King est traduit par Jean Esch pour les éditions Albin Michel.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com