mercredi 21 août 2019

Chronique : le bal des folles - Victoria Mas (Albin Michel)


Le bal des folles
qui vient de paraitre ce 21 aout aux éditions Albin Michel, est le premier roman de Victoria Mas.

En refermant la dernière page, j'ai aimé découvrir que le titre et surtout la présentation de l'éditeur ne sont finalement qu'un fragment dans l'histoire de Victoria Mas.

Un prétexte qui lui permet de dépeindre le tableau peu idyllique de la condition de la femme au 19e siècle. Et plus spécifiquement de ces femmes que l'on considérait comme folles et qui se retrouvaient internées quasi systématiquement pour des motifs fallacieux.

Si "le bal des folles" est une date importante dans le calendrier de ces "patientes" et des employés de la Salpêtrière, il permet en amont à son autrice de composer des portraits de femmes sensibles, émouvants et particulièrement attachants.

En fait, Victoria Mas nous propose la conclusion optimiste d'un Luke La Main froide : comme Luke, Eugénie est "hors norme", considérée comme une personne qui n'est pas saine d'esprit et se retrouve enfermée dans une institution sensée l'isolée du reste de la population. Et lors de son passage, elle va elle aussi illuminer le quotidien de son entourage.

Pour ces premiers pas dans le grand bal de l'édition, Victoria Mas mérite amplement son étoile !

4decouv de l'éditeur : Chaque année, à la mi-carême, se tient un très étrange Bal des Folles.  Le temps d'une soirée, le Tout-Paris s'encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Réparti sur deux salles - d'un côté les idiotes et les épileptiques ; de l'autre les hystériques, les folles et les maniaques - ce bal est en réalité l'une des dernières expérimentations de Charcot, désireux de faire des malades de la Salpêtrière des femmes comme les autres. Parmi elles, Eugénie, Louise et Geneviève, dont Victoria Mas retrace le parcours heurté, dans ce premier roman qui met à nu la condition féminine au XIXe siècle.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mardi 20 août 2019

News : Une cosmologie de monstres - Shaun Hamill (Albin Michel)



À paraitre le 2 octobre prochain, dans la collection Imaginaire des éditions Albin Michel, Une Cosmologie de monstres, premier roman de l'américain Shaun Hamill. Il est traduit par Benoît Domis.

Voir la couverture originale sur le site de la maison d'édition en cliquant ICI.


Le roman a été optionné en vue d'une adaptation en série tv, à suivre...

4decouv de l'éditeur : La Famille Turner, de Vandergriff (Texas), se tient sur le seuil d'un monde terrifiant dominé par une cosmologie de monstres.

Est-ce le leur ou est-ce le nôtre ?


Shaun Hamill est américain. Une Cosmologie de monstres, appelé à devenir une ambitieuse série télévisée, est son premier roman.

« Dans Une Cosmologie de monstres, Shaun Hamill allie brillamment les univers angoissants de H.P. Lovecraft avec l'histoire contemporaine d'une famille menacée de destruction par des forces surnaturelles. Il réussit son coup, parce que ces braves gens pourraient être nos voisins. L'horreur ne fonctionne que lorsque nous nous attachons aux personnes concernées ; nous nous attachons aux Turner, et leurs cauchemars deviennent les nôtres. La prose de Hamill est sobre, tout simplement belle. Voilà à quoi ressemblerait un roman d'horreur signé John Irving. J'ai adoré ce livre, et je pense qu'il vous plaira aussi. »  
Stephen King

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

vendredi 9 août 2019

News : l'ile du diable - Nicolas Beuglet (XO)






Le 4e roman de Nicolas Beuglet, l'île du diable, est annoncé pour le 19 septembre prochain, aux éditions XO.

4decouv de l'éditeur : Où, après l'affaire du Vatican qui l'a menée en prison, Sarah Geringën, l'inspectrice norvégienne, ancienne des forces spéciales, se retrouve confrontée à un meurtre qui va l'ébranler au plus profond de son être, réveillant la douleur d'un passé aux multiples zones d'ombre.
Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mardi 16 juillet 2019

News : Paz - Caryl Férey (Gallimard)

Paz, le nouveau roman de Caryl Férey, est annoncé pour le 3 octobre 2019 aux éditions Gallimard dans la collection Série Noire.

4decouv de l'éditeur : Pour la première fois depuis des décennies, paramilitaires, FARC et narcotrafiquants ont déposé les armes et sont sur le point d'aboutir à un accord de paix. La guerre civile aura laissé derrière elle des milliers de morts et de disparus. En politicien avisé, Saul Bagader a réussi à s'arroger une place de choix auprès des artisans de la paix. Mais des corps mutilés rappelant les pires heures de la Violencia sont retrouvés aux quatre coins du pays. Lautaro Bagader, fils de Saul et ancien militaire désormais chef de la police de Bogota, ne sait sur qui porter ses soupçons : narcos, anciens Farc ou paramilitaires opposés au processus de paix ? Il doit impérativement faire cesser l'hécatombe au plus vite, avant que la presse ne s'en mêle, même si, pour cela, il doit ouvrir cette boîte de Pandore qu'est son histoire familiale.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

lundi 1 juillet 2019

Chronique : Saison frivole pour un tueur - Stephan Ghreener (SG)


6 ans après Vadim Royal, le second opus de la trilogie du French Bricolo, Stephan Ghreener est de retour pour boucler la trilogie qu'il a commencé avec L'été des deux pôles.

En musique, les Raconteurs viennent de sortir leur troisième albums après le précédent qui date de 2008. En fait, Stephan Ghreener, c'est le Francis Cabrel du polar. Si tu aimes ce que produit le gars, il faut être patient.

Forcé de constater que la patience a été récompensée. On ne va pas se le cacher, c'est plutôt casse-gueule de proposer un nouveau tome à une série après autant d'années.

Avec Saison frivole pour un tueur, Stephan Ghreener relève haut la main le challenge. On retrouve cette voix particulière qui nous replonge dans l'univers de Vadim. Je ne sais pas comment Ghreener s'y est pris pour à la fois reprendre là où Vadim Royal s'arrêtait et à la fois, nous donner l'impression que l'on a vieillit en même temps que son personnage. Et que donc des années ont passé pendant cette pause.

L'impression de retrouver un pote que l'on a quitté en juillet 2013 et de reprendre avec lui la discussion laissée inachevée jusque-là.

L'auteur range bien ses outils (on dit habituellement qu'un bon raconteur d'histoires boucle une série en rangeant bien ses jouets) et boucle avec brio cette trilogie.

Pour commander les trois tomes via le site lalibrairie.com, c'est ICI. (maj du 4/7/2019).

À noter l'annonce d'un projet d'adaptation de cette trilogie en préparation... Plus d'informations ICI.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com


mercredi 26 juin 2019

Chronique : Surface - Olivier Norek (Michel Lafon)


Avec son prologue particulièrement percutant, Surface d'Olivier Norek donne naissance à une héroïne à la fois touchante et détonante.

Mais en la sortant du contexte urbain habituel, Olivier Norek propose à son lectorat un décor rural qui devient l'un des éléments majeur de son roman.

Le lecteur se retrouve à accompagner la convalescence de Noémie, à découvrir en même temps qu'elle son cadre de travail inédit et arpenter cet autre quotidien.

On tombe très rapidement sous le charme de cette No 2.0 ainsi que de son équipe de travail.

Les différents rebondissements nous tiennent en haleine jusqu'à la dernière page. Impossible d'échapper au petit pincement au cœur de la dernière révélation.

Une belle prise de risque maitrisée par Olivier Norek pour ce roman rural noir. Il démontre à nouveau la volonté de son auteur de sortir des sentiers battus et de plonger à cœur perdu dans ce nouvel environnement.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mardi 25 juin 2019

Chronique : Gunpowder Moon - David Pedreira (Bragelonne)

Présentation ICI
Gunpowder Moon est la premier roman de David Pedreira, est pour une première, cet ancien journaliste met la barre assez haute.

Si l'éditeur promet sur la quatrième de couverture - POUR TOUS CEUX QUI ONT AIMÉ SEUL SUR MARS - la filiation ne se fait pas forcément avec ce roman d'Andy Weir mais plutôt avec son second, Artemis (chronique ICI).

Même si en lisant les premières pages, on pense rapidement à l'excellent film Outland de Peter Hyams (un ancien policier/marine affecté à une base minière, enquête sur un meurtre), David Pedreira propose des enjeux différents qui font très rapidement monter la tension dans son livre.

L'auteur propose une histoire impossible à lâcher avant son dénouement.

Son casting est très attachant, on tremble pour ces personnages qui ne doivent leur survie qu'à leur incroyable capacité à échapper à une mort imminente (certainement cet ingrédient qui a amené Bragelonne a évoqué Seul Sur Mars, outre le succès de ce dernier).

358 pages d'un récit  techno-thriller d'aventure qui vulgarise parfaitement bien les éléments scientifiques sur lesquels il s’appuie.

Mention spéciale à la traduction de Jacques Fuentealba qui contribue à cette parfaite immersion du lecteur dans cette incroyable aventure lunaire.

Mes seuls bémols : certains flashbacks terrien du héros qui nous arrachent inutilement des lieux de l'intrigue. Et le fait que des supports visuels, à la manière des cartes utilisées dans Artemis d'Andy Weir, nous auraient permis de prendre conscience de la géographie des lieux.

En attendant de trouver des informations sur la prochaine publication de l'auteur, j'espère que David Pedreira nous racontera la prochaine vie de son héros Dechert !

POUR TOUS CEUX QUI ONT AIMÉ ARTEMIS
 Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mercredi 12 juin 2019

News : Le pays des loups - Tünde Farrand (Anne Carrière)


Traduit par Marie de Prémonville, Le Pays des loups est le premier roman de Tünde Farrand à paraitre le 20 septembre prochain aux éditions Anne Carrière.

Une puissante dystopie dans la lignée d’Auprès de moi toujours, de Kazuo Ishiguro.
Si l'éditeur évoque le roman de Kazuo Ishiguro, il est difficile de ne pas penser au Soleil Vert de Harry Harrison. Je reste curieux de me plonger dans ce Londres de 2050...


https://tundefarrand.co.uk/
4decouv de l'éditeur : Londres, 2050. La crise socio-économique des dernières décennies n’est plus qu’un souvenir. Le consumérisme triomphant a sauvé le monde. La propriété foncière hors des grandes villes est réservée à une petite élite. Le reste de la population doit dépenser pour conserver un droit de résidence. Le vieillissement a été aboli grâce à une nouvelle approche radicale, la retraite ayant été remplacée par un programme d’euthanasie joyeuse et volontaire dans les Dignitoriums.

Quand l’architecte Philip disparaît, sa femme, Alice, met en péril sa maison et son statut pour comprendre ce qui lui est arrivé. Enquêter, c’est prendre le risque de questionner la société et les valeurs dans lesquelles elle a été élevée. Elle découvre rapidement la vérité sordide sur le destin de sa propre famille, ainsi que les mensonges qui ont servi de piliers à la construction de ce nouveau monde parfait.


Frédéric Fontès, www.4decouv.com

News : Les Simples - Yannick Grannec (Anne Carrière)

Source photo L'essor
À paraitre le 23 aout 2019 aux éditions Anne Carrière, les Simples, troisième roman de Yannick Grannec, après La Déesse des petites victoires et le Bal Mécanique.

4decouv de l'éditeur : 1584, en Provence. L’abbaye de Notre-Dame du Loup est un havre de paix pour la petite communauté de bénédictines qui y mène une existence vouée à Dieu et à soulager les douleurs de Ses enfants. Ces religieuses doivent leur indépendance inhabituelle à la faveur d’un roi, et leur autonomie au don de leur doyenne, sœur Clémence, une herboriste dont certaines préparations de simples sont prisées jusqu’à la Cour.
Le nouvel évêque de Vence, Jean de Solines, compte s’accaparer cette manne financière. Il dépêche deux vicaires dévoués, dont le jeune et sensible Léon, pour inspecter l’abbaye. À charge pour eux d’y trouver matière à scandale ou, à défaut... d’en provoquer un.
Mais l’évêque, vite dépassé par ses propres intrigues, va allumer un brasier dont il est loin d’imaginer l’ampleur. Il aurait dû savoir que, lorsqu’on lui entrouvre la porte, le diable se sent partout chez lui. Évêque, abbesse, soigneuse, rebouteuse, seigneur ou souillon, chacun garde une petite part au Malin. Et personne, personne n’est jamais aussi simple qu’il y paraît.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

News : Ainsi passe la gloire du monde - Robert Goolrick (Anne Carrière)


                                                     Sic transit gloria mundi

Ainsi passe la gloire du monde est la sixième publication de Robert Goolrick qui sera traduite le 23 aout 2019 par Marie de Prémonville pour les éditions Anne Carrière.

4decouv de l'éditeur
: Avec Féroces et La Chute des princes, Robert Goolrick a entamé un cycle auto fictionnel qui a saisi lecteurs et critiques par sa beauté, son incandescence et sa lecture nostalgique et acerbe de l’histoire contemporaine des États-Unis.
Ainsi passe la gloire du monde vient clore cette aventure littéraire. On y retrouve Rooney, l’avatar de l’auteur, et ses amis inoubliables, emportés par le siphon qu’est devenu leur pays déchiré par un tyran aux allures de clown orange cannibale. Un pays aussi clivé que durant la guerre de Sécession, nordistes et confédérés ayant été remplacés par les « déplorables » et les « 1 % ».
Rooney, qui a perdu sa vie à tenter de rester parmi les derniers, se retrouve échoué, malade sans recours, miséreux sans excuse, avec pour seule consolation quelques rares souvenirs de joie, et portant la blessure ouverte d’une question trop douloureuse : « Quand on fait l’amour pour la dernière fois, sait-on que c’est la dernière ? »
À l’occasion de funérailles, il convoque les fantômes du passé, part à la recherche des quelques fidèles qu’il connaît encore, témoins d’une autre vie, d’une autre Amérique. Ainsi passe la gloire du monde est le récit halluciné d’un blessé qui tente de trouver la sortie du champ

de bataille. Le testament d’un grand auteur américain.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com