dimanche 18 septembre 2016

Poche : Les Assassins - RJ Ellory (LdP)


Le 3 octobre prochain, les éditions du Livre de Poche vont publier Les Assassins de RJ Ellory en format poche.
Voici ce que j'en disais en septembre dernier lors de sa publication en grand format aux éditions Sonatine :

Je viens de le terminer, RJ Ellory semble parvenir à réveiller des échos d'Au-delà du Mal de Shane Stevens. Je trouve les deux livres parfaitement complémentaires et ils dégagent une ambiance et une "texture" assez proche. Un régal donc, autant au niveau de l'enquête policière que de l'interaction entre les personnages principaux. 

On y trouve un grand nombre d'éléments qui fonctionnent par binômes et des personnages qui marchent dans les pas de ceux du passé. Certains parallèles fonctionnent, d'autres moins. 

Mais ça reste subtile, intelligent et ciselé. Du grand art. 

Et puis ces prémisses à une grande histoire d'amour qui se dessine au fil des pages (autant ceux du très émouvant prologue à ceux que l'on retrouve au cœur du roman), je les ai trouvé très touchants. Pour cela, il m'a été impossible de ne pas penser à un autre roman de l'auteur, Seul le Silence.

La conclusion est simple, efficace. Elle nous laisse comme le(s) survivant(s) : avec des interrogations et le sentiment d'être perdu. 


Concernant la quatrième de couv du livre, Sonatine semble zapper le véritable héros du roman, Ray Irving. En la lisant, on pense que c'est John Costello qui est au premier plan alors que c'est très loin d'être le cas.


Huitième roman de l'auteur publié en France et très certainement l'un de ses meilleurs. Pour cette nouvelle rentrée littéraire, RJ Ellory et Sonatine marque un grand coup. Rendez-vous dans un an pour fêter le premier anniversaire de cette publication...

À lire, les chroniques de mes compères :

http://librairiejaubert.canalblog.com/archives/2015/08/25/32529826.html

https://gruznamur.wordpress.com/2015/08/20/les-assassins-r-j-ellory/

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

samedi 17 septembre 2016

Poche : Le Festin des fauves - Dominique Maisons (Points)


Le Festin des fauves de Dominique Maisons vous attend pour son banquet (de poche cette fois) le 13 octobre aux éditions Points.
Voici ce que j'en disais en octobre dernier lors de sa publication en grand format aux éditions de la Martinière :

C'est un nouveau coup de maître des éditions de la Martinière, qui, après l'excellent Des garçons bien élevés du britannique Tony Parsons, nous proposent cette fois un roman français, le Festin des fauves, écrit par Dominique Maisons et à paraitre Jeudi 5 novembre 2015.

Le romancier parvient avec justesse à mettre en scène une belle galerie de personnages évoluant dans une intrigue riche aux enjeux complexes. Nous nous retrouvons happés dans cet ambitieux thriller qui nous plongent au cœur d'une intrigue visant les plus hautes sphères de l’État.

Ainsi, les promesses des premières pages du roman sont tenues de bout en bout et Dominique Maisons parvient avec savoir-faire à ne jamais galvauder le potentiel de ses personnages. Il crée un fort sentiment de compassion entre ses créations et les lecteurs. Un sentiment d'attachement qui résonne très fort au moment de tourner l'ultime page du livre.

Ce festin des fauves s'avère être un véritable repas de fête pour les amateurs du genre. Ces derniers ne devraient rien laisser dans leurs assiettes !

À la fois hommage aux icônes de la littérature "populaire" (Judex, Belphégor, Fantômas, Arsène Lupin, etc.) et bourré de références à l'univers des comic books, Le Festin des fauves de Dominique Maisons est une pépite, l'un des mes coups de cœur de cette fin d'année 2015.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

vendredi 16 septembre 2016

News : La prunelle de ses yeux - Ingrid Desjours (Robert Laffont)


À paraitre le 13 octobre prochain aux éditions Robert Laffont dans la collection la Bête Noire, La Prunelle de ses yeux, septième roman d'Ingrid Desjours.

On y suivra la quête d'un père de famille endeuillé et atteint de cécité de conversion (le même symptôme frappe le Commandant Lannister, héros du roman À la vie, à la mort de Françoise Guérin).

À suivre !

Présentation de l'éditeur :

Gabriel a tout perdu en une nuit. Son fils de dix-sept ans, sauvagement assassiné. Ses yeux. Sa vie... 
Les années ont passé et l'aveugle n'a pas renoncé à recouvrer la vue. Encore moins à faire la lumière sur la mort de son enfant.
Quand un nouvel élément le met enfin sur la piste du meurtrier, c'est une évidence : il fera justice lui-même. 

Mais pour entreprendre ce long et éprouvant voyage, Gabriel a besoin de trouver un guide. 
Il recrute alors Maya, une jeune femme solitaire et mélancolique, sans lui avouer ses véritables intentions...

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

jeudi 15 septembre 2016

Chronique : Le Feu Divin - Robert Lyndon (Sonatine)


Avec Le Feu Divin, c'est la seconde fois que Robert Lyndon me donne l'impression qu'il vient à portée d'oreilles me raconter une histoire. Et comme avec La Quête, il m'embarque dans son ambitieuse épopée dès les premières lignes de son roman, dès les premiers mots prononcés par son narrateur.

Robert Lyndon a cette faculté quasi cinématographique de placer son lecteur au cœur du récit avec une économie de mots savants. À la clé pour celui qui tourne les pages, une histoire haute en couleurs qui ne lui laisse aucun répit.

La magie opère à nouveau dans cette nouvelle quête palpitante. Les pérégrinations de ce casting divin, réservent de nombreuses surprises aux lecteurs et la fin risque d'en chambouler plus d'un...

Une nouvelle fois, je loue le travaille de la traductrice Élodie Leplat qui contribue grandement au charme et à la musicalité du récit.

N'ayez pas peur de foncer tête baissée vers ce Feu Divin, vous ne risquez que le risque vous brûler les yeux, faute de parvenir à reposer le livre entre deux chapitres. 

Frédéric Fontès, www.4decouv.com


mardi 13 septembre 2016

News : On Se Souvient du Nom des Assassins - Dominique Maisons (La Martinière)

À paraitre le 13 octobre prochain, On se souvient du nom des assassins, de Dominique Maisons, aux éditions de La Martinière.

J'ai eu la chance de le lire un peu en avance et c'est une nouvelle merveille de l'auteur. Chronique à venir pour le jour de parution mais je peux déjà vous dire que l'on se souviendra aussi du titre de cet excellent thriller.

Présentation de l'éditeur :

1909. Paris, est à cette époque le centre du monde culturel et politique. Dans ses sous-sols des filles de joie mineures meurent de la syphilis, et des enfants se battent pour se nourrir de rats, menacés par la peste et la rage. Mais Paris s’en moque, et repousse la misère au-delà de ses murs. Paris regarde vers le ciel et se passionne pour les dirigeables, Paris invente la haute couture, le luxe et le divertissement de masse. Malheureusement, au milieu de ce foisonnement, Paris va aussi inventer le crime moderne et sa médiatisation. La foule va prendre gout au sang, aux aventures immorales, au frisson bon marché.
Dans les pas de Gaston Leroux, d’Alfred Binet, d’Aleister Crowley et d’Edmond Locard, vous poursuivrez le premier meurtrier moderne… Dans un mois, vous vous souviendrez du nom des assassins.
Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mercredi 7 septembre 2016

Chronique : Le Cri - Nicolas Beuglet (XO)


J'ai passé un bon moment de lecture avec ce second roman de Nicolas Beuglet. J'ai été très emballé par la première partie du roman, et un peu moins par la seconde.

La faute à des pétouilles dans l'histoire : un tueur en série enfermé qui disparait en quelques pages, un expéditeur de sms mort dont on a, dans le meilleur des cas, oublié de nommer le véritable expéditeur, un vilain qui utilise le duo héros pour arriver à ses fins alors qu'il a déjà à disposition une horde de bad guys, et une tension amoureuse qui fleure un peu trop bon l'eau de rose.

Dommage que l'intrigue baisse un peu en qualité dans sa dernière partie mais j'ai quand même eu un mal fou à reposer le bouquin. Je conseille le roman pour l'expérience scientifique que révèle l'histoire : c'est particulièrement fascinant et ça ouvre un nombre incalculable de portes dans l'imagination du lecteur.

Une intrigue bien lancée,  dans la continuité des Larmes d'Aral de Jérôme Delafosse, sensiblement dans la même veine dans sa configuration et qui ne devrait pas déplaire aux lecteurs de Franck Thilliez et Jean-Christophe Grangé.



Frédéric Fontès, www.4decouv.com

dimanche 4 septembre 2016

News : A comme Apocalypse - Preston & Child (L'Archipel)

Couverture provisoire
16 après l'incroyable Ice Limit (2000), Douglas Preston et Lincoln Child prolongent ce roman mythique de leur bibliographie via leur nouvelle série consacrée à Gideon Crew.

Après R comme Revanche qui introduisait le nouveau personnage, C comme Cadavre et S comme Survivre, A comme Apocalypse, à paraitre le 9 novembre prochain aux éditions de L'Archipel, promet d'être incontournable pour les fans de Preston & Child.

Il faut absolument avoir lu Ice Limit pour découvrir comme il se doit la nature de la menace. C'est pourquoi je me suis permis de rajouter quelques [bip] dans le résumé ci-dessous.

Présentation de l'éditeur :

Eli Glinn a participé à une expédition chargée de convoyer une météorite géante tombée au Cap Horn (voir Ice Limit). Avant que celle-ci ne disparaisse dans le naufrage du navire qui la transportait, Glinn a découvert que c'est une [bip] , qui depuis a [bip] pour donner naissance à [bip], [bip] et [bip]. Il fait appel à Gideon Crew pour tenter de sauver l'humanité.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

samedi 27 août 2016

News : Dans les brumes du mal - René Manzor (Calmann-Lévy)


Le troisième roman de René Manzor, Dans les brumes du mal, est annoncé pour le 19 octobre prochain aux éditions Calmann-Lévy.

Présentation de l'éditeur :

La mère de Tom est morte. Et Tom a disparu.
Tom, mais aussi John, Michael et Lily. À chaque fois, un enfant est enlevé et sa mère assassinée.
Dahlia Rhymes, agent du FBI spécialisée dans les crimes rituels, s’invite dans l’enquête. Bien que Tom soit son neveu, elle ne l’a jamais vu car elle a rompu toute relation avec sa famille depuis vingt ans. Il aura fallu ce drame pour la ramener vers les brumes inquiétantes de sa Caroline du Sud natale.
En retrouvant les marais et les chênes séculaires, Dahlia retrouve aussi Nathan Miller, un ancien gamin des rues devenu un des meilleurs flics de Charleston. Ensemble, ils se lancent à la recherche des enfants perdus, sans autre indice que le fragile témoignage d’un jeune voisin : pour lui, Tom a été la victime d’une malédiction vaudou, car il a vu rôder autour de sa maison un shadduh, une ombre.
Une ombre qui a peut-être englouti les enfants à jamais.


Frédéric Fontès, www.4decouv.com

News : Le Cri - Nicolas Beuglet (XO)






À paraitre le 8 septembre prochain, Le Cri est le second roman de Nicolas Beuglet (après le Premier Crâne sous le pseudo Nicolas Sker) aux éditions XO.

Les premiers retours des ami(e)s libraires sont très bons :



Chronique à venir.

Présentation de l'éditeur :

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !


Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mercredi 24 août 2016

Chronique : La Déesse des petites victoires - Yannick Grannec (Anne Carrière)


Je tourne les dernières pages du roman en me disant que j'ai été, au fil des pages, l'ami silencieux d'Adèle et Anna. Témoin de cet étrange tango entre deux femmes qui se racontent, comme autant de théorèmes qui se démontrent.

Yannick Grannec parvient chapitre après chapitre à transporter son lecteur dans l'intimité de ces deux femmes d'exceptions.

Je suis chamboulé à l'idée de les quitter, ému d'avoir partagé leurs espoirs et leurs détresses, leurs envies et leurs renoncements.

La Déesse des petites victoires est le premier roman de Yannick Grannec, publié en 2012 aux éditions Anne Carrière, disponible en format poche aux éditions Pocket.

Son nouveau livre, Le Bal mécanique, est annoncé pour le 25 août prochain.

Présentation de l'éditeur :

Université de Princeton, 1980. Anna Roth, jeune documentaliste sans ambition, se voit confier la tâche de récupérer les archives de Kurt Gödel, le plus fascinant et hermétique mathématicien du XXe siècle. Sa mission consiste à apprivoiser la veuve du grand homme, une mégère notoire qui semble exercer une vengeance tardive contre l’establishment en refusant de céder les documents d’une incommensurable valeur scientifique. Dès la première rencontre, Adèle voit clair dans le jeu d’Anna. Contre toute attente, elle ne la rejette pas mais impose ses règles. La vieille femme sait qu’elle va bientôt mourir, et il lui reste une histoire à raconter, une histoire que personne n’a jamais voulu entendre. De la Vienne flamboyante des années 1930 au Princeton de l’après-guerre ; de l’Anschluss au maccarthysme ; de la fin de l’idéal positiviste à l’avènement de l’arme nucléaire, Anna découvre l’épopée d’un génie qui ne savait pas vivre et d’une femme qui ne savait qu’aimer.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com