dimanche 25 octobre 2009

Une Femme Simple et Honnête, de Robert Goolrick


Présentation de l'éditeur : Wisconsin, automne 1907. Sur un quai de gare, Ralph Truit, magnat local, attend un train dans lequel se trouve son dernier espoir, une promesse de bonheur et d'harmonie retrouvée. Plusieurs mois auparavant, il a placé une annonce dans un journal pour trouver une femme. Dans le train, Catherine Land se débarrasse de ses atours de courtisane pour se déguiser en femme simple et honnête.


Traduction de Marie de Prémonville pour les éditions Anne Carrière.


Such things happen.
Ce superbe roman de Robert Goolrick, une Femme simple et honnête, est une fable littéraire sur la perte de l'amour. Un petit opéra de 411 pages.

Que devient une âme dans le corps d'un être que l'amour a quitté ? Qu'éprouve-t-il à l'évocation des souvenirs de la passion et de la chaleur du corps de l'autre ? Que fait-il quand il a l'occasion de se repentir ? Qu'est-il prêt à subir pour avoir une nouvelle chance ?


«Il est des choses auxquelles on échappe, pensa-t-il. Mais contre la plupart d'entre elles on ne peut rien, et le froid en fait partie. On n'échappe pas à ce qui est écrit pour nous, surtout au pire. La perte de l'amour. La déception. Le fouet aveugle de la tragédie.»

C'est avec charme et lyrisme que Robert Goolrick nous dépeint cette histoire ayant pour cadre un coin du Wisconsin, à l'aube de l'hiver 1907. L'auteur excelle à nous faire partager les tourments de son richissime héros, Ralph Truitt mais il l'est tout autant avec l'autre héroïne du livre, Catherine Land. Il parvient à merveille à incarner en Catherine la profondeur et la complexité d'une femme hantée et tout aussi tourmentée que son futur compagnon.

Cette faculté qu'a l'auteur à plonger dans les recoins les plus intimes de l'âme de Catherine Land nous fera à la fois frémir et espérer, comme Truitt.

«Il se rappelait la première fois qu'il avait vu le bras nu d'une femme. La première fois qu'une femme avait dénoué ses cheveux rien que pour lui, la cascade riche et saisissante de la chevelure, et ce parfum de savon et de lavande. [...] Il sentait encore la chaleur de son premier baiser. Il avait aimé tout cela. Autrefois, rien d'autre ne comptait pour lui. Tout le sens de sa vie était contenu dans les appétits de son corps»
La trouvaille aussi de ce livre est éditoriale. Les éditions Anne Carrière ont eu la riche idée de confier l'adaptation de ce roman à Marie de Prémonville. Elle retrouve ici un univers qui lui sied à merveille, où chaque mot à son importance et son évocation, doux comme la soie ou piquant comme la morsure du froid.

Une femme simple et honnête, c'est l'histoire des ruines de deux vies, d'un vieux jardin italien et des obsessions qui poussent des êtres à vouloir changer les choses, à vouloir les venger aussi, sans se soucier des conséquences.

Ce côté irrévocable saute aux yeux en cours de lecture, comme cela avait était le cas en lisant la Ballade du Café Triste de Carson McCullers. Les personnages s'engagent dans un sentier qui va les mener à la tragédie. Ils ont alors à ce moment un œil particulier sur ce qui les entoure.

Le narrateur également va profiter de cette torpeur pour insuffler à son récit de la poésie, de la philosophie et de l'amour. Parce que pour dépeindre au mieux la tragédie, le pessimisme, la vengeance et la trahison, il faut aussi pouvoir exprimer la passion, l'optimisme, l'amour et la dévotion.

En nous présentant les tragédies des vies respectives de Ralph et de Catherine, Robert Goolrick permet à quelques rayons de soleil de s'immiscer et d'éclairer leurs espoirs et leurs rêves. Et c'est cet équilibre que l'auteur va parvenir à maintenir, jusqu'à la dernière page du roman. Jusqu'à ce que la vérité du cœur l'emporte sur tout le reste.

Ces choses là arrivent.

Frédéric Fontès

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Tu as exprimé là, tout ce que l'on ressent. les sentiments nous bousculent, nous retournent le ventre jusqu' à nous faire demander : "ai je dejà aimé ainsi?. Cette passion dévastratrice qui, au final, fait que l'on existe..."
ces choses là existent...

So

L'or des chambres a dit…

Magnifique billet là aussi. Je note ton blog, très belle découverte. Je reviendrais... Bon week end,je file voir tes autres billets (je te découvre partie d'un lien de chez Keisha, en lisant en voyageant). Bon week end à toi.

Fredo a dit…

Merci pour les mots sympa. N'hésites pas à laisser des commentaires, je me ferai un plaisir d'y répondre ;)