vendredi 13 novembre 2009

l'Empreinte Sanglante (Collectif)





























L'Empreinte sanglante est un recueil de nouvelles policières, qui vient de paraitre aux éditions Fleuve Noir.

Et quand on voit la liste des auteurs qui vont y contribuer, on ne peut que se frotter les mains ...

Raphaël Cardetti
Maxime Chattam,
Olivier Descosse
Eric Giacometti,
Karine Giébel
Jacques Ravenne,
Laurent Scalèse
Franck Thilliez


L’Empreinte sanglante...

THRILLER – RECUEIL FRANÇAIS
300 PAGES ENV. - FORMAT : 140 X 225 – PRIX : 19 € ENV.
Des grands noms du thriller français contemporain se réunissent au Fleuve Noir et livrent un recueil de sept nouvelles inédites à glacer le sang...

L’Empreinte sanglante d’un pied nu, la suivre au long d’une rue…

Tel est le point de départ des sept nouvelles inédites de ce recueil. Huit auteurs de renom du thriller français contemporain se sont amusés à suivre les règles d’un petit jeu d’écriture : donner corps à une idée en devenir depuis presque un siècle et demi, posée par l’un des pères de la littérature américaine, dans un texte au nombre de signes limité. Pour, à l’unisson, entraîner les lecteurs sur les traces de L’Empreinte sanglante en donnant plusieurs versions des faits et autres pistes à suivre, qui révéleront à l’occasion autant de reflets de leurs univers respectifs…
Raphaël Cardetti, Maxime Chattam, Olivier Descosse, Karine Giébel, Eric Giacometti, Jacques Ravenne, Laurent Scalèse et Franck Thilliez ont entre 33 et 47 ans. Ils vivent actuellement entre le Pas-de-Calais et le Var en passant par Paris et le Lot.

Nathaniel Hawthorne, à qui l'on doit le sujet de la nouvelle, est né en 1804 et mort en 1864. Il est l'un des pères de la littérature américaine aux côtés d'Henry James, Wilky Collins, Poe ou encore Whitman. On lui doit notamment la célèbre Lettre Ecarlate. Il avait consigné la citation de L’Empreinte Sanglante dans Idées et germes de nouvelles, un ensemble de sujets qu’il n’aura pas eu le temps ou le goût d’écrire lui-même. Ces Idées et germes de nouvelles ont été traduits par Valéry Larbaud et publiés il y a 30 ans chez Fata Morgana.


Je viens de me procurer une édition du livre "Idées et germes de nouvelles".



1 commentaire:

Fredo a dit…

Je copie colle le message que j'ai posté sur le forum de Maxime Chattam :

Fredo a écrit:
Si vous me dites que cette nouvelle est dans le prolongement des 3 derniers romans de Maxime Chattam, alors je ne suis pas pressé de les lire. J'ai été écœuré par cette nouvelle. Ce recueil, c'était l'occasion de raconter une petite histoire et là, c'est de la boucherie, où on nous explique comment attaquer, violer et dépecer une femme. Rien d'autre. Rien à glorifier dans l'écriture, rien à rendre enthousiaste dans le fond. La bonne nouvelle pour les éditions du Fleuve noir et pour les autres auteurs du livre, c'est que Maxime draine un tel nombre de fans enthousiastes et fidèles, qu'ils n'ont rien à craindre quand aux effets néfastes que pourrait avoir cette nouvelle barbare.

Quel indulgence quand même, je relis vos commentaires et ça me glace le sang.

Être dans la tête d'un tueur, James Ellroy là fait avec un Tueur sur la Route, Jeff Lindsay avec Dexter et Easton Ellis avec American Psycho. On pense aussi à la boucherie de Clive Barker dans son recueil de nouvelles Livre de Sang et la nouvelle le Train de l'Abattoir. Gilles Caillot a eu lui aussi l'occasion de pousser un peu le bouchon dans son premier roman l'Ange du Mal mais là, venant de Maxime, je ne comprends pas ... Pourquoi vomir tant de haine à l'encontre d'un personnage sous prétexte d'être dans la tête d'un tueur ? Ça m'apporte quoi de lire ça ? On me prend à témoin pour me dire que le monde dehors est dangereux ? Au prochain recueil, il faut que je m'attende à de la pédophilie ? De la nécrophilie ? De la zoophilie ? Pourquoi pas, vu que tout les prétextes sont bons désormais pour attirer l'attention.
Honnêtement, heureusement que j'ai commencé à lire l'Empreinte en commençant par la fin, sinon, je n'aurai pas été au bout de cette nouvelle...

Je n'ai pas retrouvé la patte d'un auteur que j'adore et dont j'ai chacun de ses romans. Thilliez fait du Thilliez, Scalese fait du Scalese et j'ai l'impression d'avoir perdu un Chattam en route ...

J'ai lu la dernière et je l'ai faite signer par Franck Thilliez. Et je continu ma lecture en commençant par la fin puisque j'ai enchainé avec celle de Laurent Scalese. Je me régale. Celle de Franck fonctionne sur un cadre bien particulier, c'est une nouvelle très courte qui utilise un mécanisme qu'il aime bien utilisé.
La nouvelle de Laurent est une belle boule de neige, qui grossit jusqu'à l'avalanche finale.

J'ai terminé la nouvelle de Raphael Cardetti, que j'ai trouvé un peu "longue à venir" ... Il s'attaque à un genre de nouvelle où le revirement de situation est un point vital de la nouvelle mais il rate son entrée en matière. Dans le genre, le maitre, c'est Jeffery Deaver, qui avec Spirales Infernales, révèle l'ampleur de son talent.

Pour le moment :

1. Laurent Scalese
2. Franck Thilliez
6. Raphael Cardetti
7. Maxime Chattam

Je souhaite une belle vie à ce recueil qui est quand même une riche idée, j'espère que d'autres maisons d'éditions poursuivront l'aventure.