vendredi 31 mars 2017

Chronique : Équateur - Antonin Varenne (Albin Michel)

Présentation ICI

De son précédent livre, j'évoquais "l'hymne à ces romans d'aventure (Papillon et Banco d'Henri Charrière par exemple) où la survie devient le début d'une incroyable aventure humaine." D'ailleurs les dernières pages confirment cette filiation avec l'histoire de Charrière et de Belbenoit (chronique de Guillotine sèche à lire ici).  

Équateur, publié par les éditions Albin Michel, est le parfait prolongement de Trois mille chevaux vapeur. Antonin Varenne nous conte à nouveau les pérégrinations d'un homme au destin peu commun.

 « — Nous sommes trop nombreux sur cette terre pour avoir chacun un destin, alors nous nous regroupons pour en avoir un ensemble. »

J'aime bien cette évocation du destin car elle définit bien les rouages que l'auteur met en marche pour faire avancer ses acteurs. La richesse des personnages d'Antonin Varenne nait de leur rencontre au cœur de la fiction et de leur rendez-vous avec le lecteur.

« Deux frères, presque rien, mais quand on y pense, tellement. Notre mythologie. La fratrie plus forte que le destin, qui change le monde en chaos quand elle entre en guerre contre elle-même, fait basculer l'ordre des choses. »

Il y a aussi autre chose qui fait mouche dans l'écriture de l'auteur, c'est cette mise en abime qui lui permet de décrire la quête d'un personnage qui se raconte également de son côté. Il met en exergue l'importance de ces destins que l'on se relate, comme une légende se construisant au fil des pages avec au bout une hypothétique rédemption. Comme une chanson, une ode ou un tatouage évoquant les bonheurs et les malheurs de personnages cabossés par la vie.

Antonin Varenne est un magnifique raconteur d'histoires. Il fait partie de ses auteurs dont on découvre un premier livre et dont on dit que pour le prochain, on pourrait les suivre aveuglement jusqu'au bout du monde. L'auteur nous a à nouveau simplement pris au mot.

Et si vous aimez les ambiances évoquées par ce diptyque que compose Trois mille chevaux vapeurs et Équateur, je ne peux que vivement vous conseiller le visionnage de la brillante série tv britannique Taboo, coproduite, co-créée et interprétée par Tom Hardy.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

jeudi 30 mars 2017

Mag : Lire #454 - Spécial Polar (Avril 2017)






Le numéro du mag Lire spécial Polar #454 vient de paraitre. Il faut être patient avec eux pour avoir l'occasion une fois de l'année de lire des articles qui explorent le genre comme il le mérite.

On y trouve, entre autres choses :
Le Choix des Libraires, avec le billet de Pépita consacré au Canicule de Jane Harper chez Kéro ;

Les meilleurs ventes Polar (entre le 30.01 et le 26.02 2017) avec le Nuit de Bernard Minier qui se hisse à troisième place du classement. Un peu plus loin dans le classement, on retrouve Le Cri de Nicolas Beuglet (16e), Toxique de Niko Tackian (27e) et aussi La Mort Nomade de Ian Manook (29e), devant Congo Requiem de JC Grangé (35e) et Rêver de Franck Thilliez (39e) ;

Les 10 meilleurs polar de l'année selon le mag sont :
Prendre les loups pour des chiens d'Hervé Le Corre (Rivages).
Les pièges de l'exil de Philip Kerr (Seuil).
La Daronne d'Hannelore Cayre (Métailié).
Une affaire d'hommes de Todd Robinson (Gallmeister).
Jeux de miroirs d'E.O. Chirovoci (Les Escales).
La Fille d'avant de JP Delaney (Mazarine).
La Chambre d'ami de James Lasdun (Sonatine).
Printemps noir à Bordeaux d'Allan Massie (De Fallois).
Ragdoll de Daniel Cole (Robert Laffont).
L'amour et autres blessures de Jordan Harper (Actes Sud).

Je vais noter dans un coin le Jeux de miroirs dont le pitch m'intrigue...

Une petite bibliothèque idéale du thriller qui propose 5 titres :
Le nuit du renard de Mary Higgins Clark.
Le silence des agneaux de Thomas Harris.
Un tueur sur la route de James Ellroy.
Le poète de Michael Connelly.
Les Visages de Jesse Kellerman.

J'ai lu les cinq. Je regrette simplement qu'il n'y est que Kellerman pour représenter la jeune génération, avec une sélection qui propose des livres publiés respectivement en 1979, 1990, 1991, 1997 et 2009. Même si ça permet de proposer 5 titres en 30 ans de polars...

Un extrait du prochain Jussi Adler-Olsen, Selfie, et du prochain John Grisham, L'informateur.  Une interview de Michael Connelly. Un petit billet sur le nouveau roman d'Antonin Varenne, l'excellent Équateur dont je termine en ce moment la lecture (chronique à venir). Un article sur Gilles Paris et son nouveau roman, Le Vertige des falaises. Un autre sur Justin Cronin pour la publication du dernier tome de sa trilogie, La Cité des Miroirs (je viens de me procurer en poche les deux premiers, Le Passage et les Douze). Un extrait du nouveau roman de David Mitchell, l'âme des horloges, à qui l'on doit Cartographie des nuages, adapté au cinéma par les Wachowski avec Cloud Atlas. Un article sur le Dark Night, Une histoire vraie de Paul Dini et Eduardo Risso chez Urban Comics. Et puisque l'on parle de super-héros, je découvre la publication du premier tome d'une trilogie jeunesse, Power Club, l'apprentissage, signée Alain Gagnol. Auteur qui avait déjà abordé son amour pour le comic book dans son précédent roman, Un fantôme dans la tête.

C'est la saison du polar dans les revues littéraires, profitons-en !

Frédéric Fontès, www.4decouv.com






mardi 28 mars 2017

Chronique : Le Jour du Chien - Patrick Bauwen (Albin Michel)

Présentation ICI

AbracadaBauwen !

Avec un pitch de départ ayant, entre autres, déjà fait le succès de Boileau-Narcejac et d'un certain Harlan Coben (un homme croise une personne ressemblant très pour trait à sa femme décédée quelques années plutôt), Patrick Bauwen n'a pas la prétention de révolutionner le genre.
Mais dès les premières pages, on sait qu'il veut embarquer son lecteur dans une aventure où ce dernier ne verra rien venir.
Renverser les certitudes de celles et ceux qui tournent les pages est un challenge qu'il relève haut la main.

Même si Patrick Bauwen est parfois bienveillant avec son lecteur, un brin naïf dans quelques interactions entre ses personnages (à l'image des souvenirs de cette femme décédée avec qui on a du mal à s'attacher), on le sent particulièrement attentif à notre immersion dans le dédale de son intrigue.

Quand il évoque la magie dans ses remerciements, il nous rappel, au besoin, que son travail de romancier est sensiblement analogue à celui du prestidigitateur. Les deux bonimenteurs s'attachent à captiver leurs audiences tout en usant de multiples ressorts qui vont les duper.

Jeffery Deaver m'avait déjà permis d'aborder le parallèle avec son livre L'Homme qui disparait (si vous ne connaissez pas, ruez vous dessus !).

La "routine" de Patrick Bauwen est réussi jusqu'à la fin. Il fait bien le métier, comme on dit. Arrive l'épilogue. Et là, blam ! L'auteur se paie le luxe de sortir de son chapeau un nouvel élément révélant finalement le principal engrenage du roman. Diabolique !

Retrouvez Le Jour du Chien de Patrick Bauwen en librairie dès ce mercredi 29 mars, aux éditions Albin Michel. 

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

jeudi 23 mars 2017

Chronique : Le Somnambule - Sebastian Fitzek (L'Archipel)


Le Somnambule de Sebatian Fitzek, un thriller à dormir debout !

Je retrouve le Fitzek qui m'a enthousiasmé il y a quelques années avec Thérapie : entre rêve et réalité, éveil et cauchemar, l'auteur allemand nous enferme dans un étrange immeuble en compagnie de son principal locataire.

Immeuble devenant un personnage à part entière (un peu comme dans le film argentin Séptimo avec Ricardo Darín) et évoluant comme le somnambule qui l'habite. D'ailleurs on se pose vite la question de savoir qui habite qui...

Si vous aimez les thrillers qui torturent la mémoire de leur personnage, façon Memento de Christopher Nolan, La Mémoire fantôme de Franck Thilliez ou Hématome de Maud Mayeras, ce Somnambule est fait pour vous.

Avec quelques twists imprévisibles, Le Somnambule réserve à ses lecteurs quelques bonnes surprises, et peut-être aussi quelques nuits blanches ! 

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mardi 21 mars 2017

News : L'Homme feu - Joe Hill (JC Lattès)


À paraitre le 31 mai 2017, L'Homme feu, quatrième roman de Joe Hill publié par les éditions Jean-Claude Lattès.
Je suis un inconditionnel des romans de Joe Hill, comme le montre ce dossier que je lui avais consacré : Le Prince du surnaturel qui va hanter vos journées et vos nuits à un nom, Joe Hill !
Je suis donc impatient de découvrir son nouveau roman !

Présentation de l'éditeur : Dans un monde apocalyptique, Harper, jeune infirmière atteinte d'un virus qui fait apparaître des tatouages brûlants sur sa peau, tente de survivre. Elle n'est pas la seule, mais sans remède, les malades sont traqués par des milices. Abandonnée par son mari alors qu'elle était enceinte, elle rencontre et suit l'homme-feu, capable de contrôler le feu qui brûle les humains infectés.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

jeudi 16 mars 2017

Chronique : Le Code Midas - Boyd Morrison (Milady Thriller)


Le Code Midas (The Vault/The Midas Code) est le second opus des aventures de Tyler Locke que l'on doit à Boyd Morrison. Traduit par Vincent Basset pour les éditions Bragelonne / Milady Thriller, il fait suite à L'Arche que j'avais chroniqué en janvier dernier.
Second tome de la série, donc, et c'est toujours aussi palpitant. Pas de temps morts, l'intrigue rebondie régulièrement et encore une fois un plaisir de retrouver Tyler et son fidèle ami Grant.
Après avoir tourné la dernière page, il est difficile de résister à la tentation d'aller puiser des infos sur l'histoire de Midas et d'Archimède.
C'est ce qui fait en partie le charme de ce genre de romans : nous divertir et nous offrir un petit pan d'histoire.
D'ailleurs, le véritable titre de ce livre aurait du être Le Code Archimède.
À la croisée des aventures d'Indiana Jones et d'Ethan Hunt de Mission Impossible. La série devrait également ravir les lecteurs et lectrices des techno-thrillers d'aventure signés Douglas Preston et Lincoln Child, et aussi d'Antoine Tracqui (à lire si ce n'est pas encore fait, Point Zéro et Mausolée).
Lecture à suivre avec le tome 3 de la série La Conspiration de Roswell, disponible lui aussi en format depuis le 20 janvier dernier chez Milady Thriller.

Présentation de l'éditeur : Désamorcer en moins de dix minutes une bombe cachée sur un ferry bondé : tel est le test diabolique auquel l'ingénieur militaire Tyler Locke doit se soumettre s'il veut revoir son père, qui vient d'être kidnappé. Mais l'épreuve ne s'arrête pas là. Tyler doit maintenant se lancer dans une quête improbable : retrouver le trésor du roi Midas. Il ne dispose que d'un seul indice, un manuscrit crypté attribué au grand Archimède. Aux côtés de la linguiste Stacy Benedict, Tyler entame une course effrénée. Ils ont à peine cinq jours pour résoudre une énigme vieille de deux mille ans...

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mardi 14 mars 2017

News : Je ne sais pas dire je t'aime - Nicolas Robin (Anne Carrière)


Après le malicieux Roland est mort, Nicolas Robin est de retour aux éditions Anne Carrière avec Je ne sais pas dire je t'aime. Il sera disponible en librairie le 13 avril prochain.

Présentation de l'éditeur : Paris, tu l’aimes ou tu la quittes. C’est une injonction quotidienne pour qui se retrouve la joue écrasée contre la vitre d’un métro bondé, ou se fait bousculer sur le trottoir par un type mal dégrossi. Dans ce tohu-bohu parisien, Francine déterre un passé longtemps enseveli devant un guichet d’état civil ; Juliette rêve d’avoir la beauté fulgurante d’une actrice qui éclate de rire sur un tapis rouge ; Joachim devient célèbre malgré lui en se faisant larguer en direct à la télé ; Ben essaie de ne pas finir comme ceux qui picorent leurs petits pois, le nez dans l’assiette, sans adresser un mot à l’autre.

Un chassé-croisé plein d’humour et de tendresse dans lequel chacun cherche son salut et espère entendre parler de sentiments, au cœur d’une ville épicentre de l’amour, où il est parfois difficile de se dire je t’aime.
À tous les éclopés du cœur, les éternels pudiques, les incorrigibles passionnés, ce roman choral est pour vous.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

jeudi 9 mars 2017

Chronique : Mörk - Ragnar Jónasson (La Martinière)

Présentation ICI
J'ai retrouvé dans ce second opus de la série The Dark Island de Ragnar Jónasson ce qui m'avait charmé avec le premier tome, Snjor : cette faculté qu'a l'auteur de coudre sur la peau de ses personnages des costumes qui leurs sont propres.
C'est en définissant des personnages complexes qu'il nous ensorcèle, en dépit d'une intrigue qui reste des classiques.
L'auteur confirme à nouveau l'art qui est le sien de nous hypnotiser. Avec une routine digne du prestidigitateur adroit que ce second livre nous dépeint, Ragnar Jónasson réserve encore de belles surprises.

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

mercredi 8 mars 2017

News : Sharko - Franck Thilliez (Fleuve)



Le 16e roman de Franck Thilliez sera publié le 11 mai 2017. SHARKO est le sixième livre mettant en scène le duo Sharko/Hennebelle chez Fleuve Éditions.


Présentation de l'éditeur : Lucie Hennebelle reprend une affaire que son oncle Anatole, policier retraité, n'a pu achever avant son suicide. Sur la trace de Julien Ramirez, soupçonné d'avoir enlevé une adolescente, elle commet l'irréparable...

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

News : Noir sanctuaire - Preston & Child (L'Archipel)


La 16e enquête de l'inspecteur Pendergast sera disponible le 3 mai en librairie. Noir Sanctuaire (The Obsidian Chamber) est traduit par Sebastian Danchin.
Le précédent opus, Mortel Sabbat, nous avait laissé sur une fin de dingue. C'est donc un nouvel épisode particulièrement attendu par les fans !

Présentation de l'éditeurAprès une mauvaise rencontre dans les marais d’Exmouth, Massachusetts, l’agent spécial du FBI Aloysius Pendergast est porté disparu… Bouleversée par la perte de son protecteur, Constance Greene se retire dans les souterrains du manoir de Pendergast, au 891 Riverside Drive, à New York, où une bien mauvaise surprise l’attend… [Beep], le [Beep], que tout le monde croyait [Beep], fait sa [Beep] et réussit à convaincre la jeune femme de le suivre sur une île mystérieuse. Sur place, il lui fait visiter son sanctuaire, un petit temple à colonnades aux hautes fenêtres munies de vitres anthracite, où il collectionne les souvenirs de tous ses [Beep] et[Beep]. Croyant à un enlèvement, Proctor, l’indéfectible majordome de Pendergast, s’est lancé à leur poursuite, mais il semble toujours avoir un coup de retard sur [Beep]. Quels sont les noirs desseins de ce dernier ? Pourra-t-il enfin se venger de [Beep] à qui il voue une haine farouche ? À moins que Constance ait elle aussi échafaudé un plan machiavélique…

Frédéric Fontès, www.4decouv.com

Chronique : Quelques notes avec Brassens - Joel Favreau (L'Archipel)

Présentation ICI
Comme je le disais dans le sujet consacré à la présentation du livre, Georges Brassens est une voix qui a souvent pris vie dans les enceintes de la chaine hifi des parents, lorsque j'étais haut comme trois pommes. Après sa disparition, sa poésie et ses messages ont perduré dans la famille. C'était un des rendez-vous musical du week-end ou des vacances.
En janvier dernier, l'annonce des parutions à venir des éditions de l'Archipel a été pour moi le moment de renouer avec cet univers.
Ces Quelques notes avec Brassens de Joel Favreau sont l'occasion de découvrir quelques instantanés de la vie de Brassens et de certains de ses proches.
L’auteur n’oublie pas de se raconter dans un livre qui se révèle être une belle biographie.
Il y incarne cette seconde guitare qui vient prendre la parole dans les silences des morceaux de Brassens. Une guitare qui prend vie, tempère et œuvre comme une ponctuation supplémentaire dans la magie des mots de Brassens.
À la dernière page tournée et pour bien faire mes devoirs, je n'ai rien trouvé de mieux que de me ruer sur cette intégrale ! Un superbe écrin pour la musique de Georges, histoire de rejouer quelques notes avec Brassens...

Frédéric Fontès, www.4decouv.com



lundi 6 mars 2017

Chronique : Nuit - Bernard Minier (XO)


Quel plaisir de retrouver Bernard Minier et son héros fétiche. Cet opus est un course de bolides trouvant sa conclusion dans un immense carambolage. Personne ne restera indemne, que ce soit du côté des lecteurs ou des principaux personnages.
Après une telle Nuit, les premiers rayons du soleil mettront par la suite en lumière un statut-quo inédit. Bernard Minier va pouvoir continuer sa série en l'enrichissant à nouveau et en tourmentant encore un peu plus son flic hanté.
Vivement le prochain !

"On s'accommoderait aisément des chagrins, si la raison ou le foie n'y succombait." Emil Michel Cioran. ;)

Frédéric Fontès, www.4decouv.com