mardi 11 mars 2014

Chronique : Dieu me déteste - Hollis Seamon (La Belle Colère)

Présentation ICI
Dieu le déteste mais nous, on l'adore !
Ce premier roman d'Hollis Seamon est un hymne à la vie et même une jolie déclaration d'amour.
Une petite claque derrière la tête, un petit cocktail sucré-salé dont Stephen Carrière, l'un des deux quo-créateurs du label, a le secret.
Il fait échos à d'autres publications de l'éditeur où une catastrophe dans la vie du narrateur crée des élans de courage, de détermination et d'amour. Des leçons de courage qui dissipent le marasme ambiant
On pense aux Matins Courts de Marie de Prémonville (certainement pas un hasard si on la retrouve à la traduction de ce roman d'Hollis Seamon puisqu'elle exerce aussi ses talents sur, entre autres, les romans de Robert Goolrick) ou au Légume Vert de Philippe Vigand.
L'amour et l'humour s'interposent face à la mort qui rôde et deviennent autant de bouffées d'oxygène vivifiantes.
Dieu me déteste est typiquement le genre de roman dont il est très difficile de parler puisque pour en ressentir les effets il faut surtout en faire l'expérience.
C'est jouissif sans s’apitoyer, une belle colère qui lance le label du même nom, une drôle d'histoire de prince charmant qui s’endort à la fin...

À lire la chronique d'Yvan du blog Emotions (ICI) et celle de Pascal de la Librairie Jaubert ().

Frédéric Fontès, 4decouv.com

2 commentaires:

Emil' Lac a dit…

Belle chronique Fredo !
J'avais lu le résumé qui m'avait plu mais je pensais que c'était plutôt un roman jeunesse ?

Fredo a dit…

Merci d'être passée pour laisser un comm' ;)
Concernant le label, la Belle colère évoque des histoires d'adolescents mais vise un lectorat adulte.
Le prochain titre sera publié le 7 mai : La ballade d'Hester Day écrit par Mercedes Helnwein.
Chronique à venir.