mardi 2 novembre 2010

Le Diable danse à Bleeding Heart Square de Andrew Taylor

Le Diable danse à Bleeding Heart Square de Andrew Taylor, son nouveau roman en date, sera publié le 13 janvier 2011 aux éditions du Cherche-Midi. 

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Danièle Mazingarbe

« On n’avait pas lu depuis longtemps un ouvrage qui combine de façon aussi magistrale le style, la profondeur, le sens de l’intrigue et du suspense. Précipitez-vous ! » Daily Express

Dans la lignée de Testament à l’anglaise de Jonathan Coe, une relecture très moderne du roman d’atmosphère à la Agatha Christie, orchestrée avec une précision et une virtuosité diaboliques par le nouvel enfant chéri des lettres anglaises.

1934. Londres. Lydia Langstone fuit la haute société aristocratique anglaise et un mari violent pour trouver refuge dans une petite pension de famille sise Bleeding Heart Square. Privée des privilèges que lui conférait son statut social, elle tente de renouer avec une vie plus modeste, plus indépendante aussi. Mais très vite, dans cet univers nouveau pour elle, Lydia se trouve confrontée à d’étranges événements. Qu’est devenue Miss Penhow, l’ancienne propriétaire de la pension de famille, mystérieusement disparue quatre ans plus tôt ? Pourquoi un journaliste, de retour des Indes, veut-il à tout prix la retrouver ? Qui est cet homme qui semble surveiller nuit et jour les allées et venues dans la maison ? Enfin, qui envoie des morceaux de cœur en décomposition à Joseph Serridge, l’un des occupants de la pension de famille, le dernier à avoir vu Miss Penhow vivante ? Selon la légende londonienne, le diable danse à Bleeding Heart Square, cette fois il serait plutôt tapi dans l’ombre, en silence, attendant son heure.

Avec ce récit à la construction géniale, alliée à une satire cinglante de l’establishment, Andrew Taylor conjugue l’atmosphère si particulière des romans anglais et une efficacité toute moderne. Maître de la manipulation, il entraîne le lecteur dans un labyrinthe fabuleux, jusqu’à un retournement final totalement imprévisible. Une révélation !

Collection « Néo »
492 pages (14x22) - 21 €




Frédéric Fontès

2 commentaires:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Fredo a dit…

Je vous mail de suite à coup de superpouvoir ;)