jeudi 11 février 2010

No impact man de Colin Beavan


PARUTION LE 11 MARS 2010
No Impact Man de Colin Beavan
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Joëlle Touati
276 PAGES - FORMAT : 140 X 225 – PRIX : 18,50 €

Durant un an, un New-Yorkais a réduit l’empreinte carbone de sa famille à zéro.
Plus qu’une réflexion sur nos modes de vie actuels, une véritable aventure humaine
contée avec un humour décapant.
Colin Beavan en a marre de se plaindre du climat qui se détériore, des effets dramatiques des gaz à effet de serre, des gaspillages en tous genres…
Finis les longs discours, place à l’action ! Il n’est toutefois pas évident de vivre en adéquation avec ses idées lorsqu’on habite au 9e étage d’un immeuble en plein coeur de Manhattan, avec une femme accro au shopping, une petite fille d’un an et demi et un chien qu’il faut sortir ! Revenir à l’ère pré-électricité et eau courante semble compromis. Conscient de la difficulté de l’entreprise, Colin entend procéder par étapes. Il ne tient pas non plus à ce que sa femme et sa fille le quittent…
Par où commence-t-on lorsqu’on cherche à réduire au maximum son impact environnemental ? Par dire au revoir à la clim, à l’ascenseur, à la voiture et même à l’essuie-tout et bonjour au système D, au vélo, au compost et à l’énergie solaire !
Cette odyssée écolo d’une famille américaine parmi tant d’autres s’annonce ardue et… désopilante. L’expérience dure un an, le compte à rebours est enclenché !
À une époque où le « vivre écolo » est presque devenu une mode, No impact man s’impose comme la bible de tout urbain tenté par l’expérience !

Le récit de cette aventure associe à la fraîcheur et à la naïveté des anecdotes vécues, la plume maîtrisée d’un écrivain confirmé. Le blog que Colin Beavan a tenu au long de son aventure a rencontré un succès retentissant.
Le New York Times s’est emparé de l’histoire et a lancé un véritable buzz, le phénomène No Impact Man était en marche.

« Fascinant et extrêmement drôle ! », L.A. Times
« Enthousiasmant jusqu’à la contagion et incroyablement divertissant. » Booklist
« Un propos captivant et convaincant... » Kirkus Reviews


Un film documentaire tiré de cette expérience, sorti aux États-Unis en septembre 2009, est
attendu prochainement sur nos écrans. Ce dernier a été sélectionné l’an dernier au Sundance Film Festival, au Silverdocs Film Festival et au Los Angeles Film Festival.

Pour voir la bande-annonce : http://www.cinecure.fr/?p=329

Colin Beavan a 46 ans. Il est l’auteur de plusieurs essais historiques ainsi que de critiques dans The Atlantic Monthly, Mens’ Journal, Mens’ Health, Glamour, Cosmopolitan... Il vit à New York avec sa femme Michelle Conlin, rédactrice et journaliste au magazine Business Week, et leur fille Isabella.

Colin Beavan sera à Paris du 9 au 15 mars 2010.

Pour en savoir plus sur Colin Beavan et son engagement :
http://noimpactman.typepad.com/

Le site de l'éditeur : http://www.fleuvenoir.fr/

Frédéric Fontès

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Ce livre est un coup médiatique : l'expérience ne dure qu'un an et ensuite, l'auteur peut revenir à ses pratiques de gaspillage, prendre l'avion, etc.
L'expérience est débile et manque de cohérence : se passer de certaines commodités modernes, alors qu'on vit en ville. Pourquoi supprimer le papier Q et le café et continuer à porter des vêtements industriels ? J'habite à la campagne, je me chauffe au bois, mais si j'arrête de me chauffer, il y aura 0° chez moi en ce moment, et si je ne prends pas ma voiture pour aller faire des courses, je meurs de faim, car l'autosuffisance est impossible.

Anonyme a dit…

ca sera sans doute intéressant et divertissant, pour les bobo des beaux quartiers qui cherche à se payer une bonne conscience.
Bref il faudrait commencer par le début, plus un individus a du pouvoir d'achat + il a un pouvoir de polluer c'est mathématiques,déjà merci a tous les smicard merci au RMIste, des gens économes donc écolos qui rament toute l'année, harcelé médiatiquement comme les autres, qui aimeraient déjà s'en sortir et qui ne font pas tout un foin autour d'eux !
Quand on vit à Manhattan déjà ça change la donne.
Bref c'est la grande mode de l'écologie.
On nous montre des énergumènes pété de blé qui nous font un ptit buzz sur le net, au lieu de traiter du sujet de fond qui lui est bien moins amusant, la preuve l'échec total du sommet de Copenhague .
Les écolos existent depuis bien longtemps, tout simplement des individus qui eux ne balancent pas leur fric par les fenêtres!

Fredo a dit…

J'ai rien contre le fait aussi que vous signiez vos messages, ça ne me semble pas être du gaspillage ça, non ?