lundi 29 octobre 2012

L’Or noir des oligarques - Chris Morgan Jones (2 Terres)

Chris Morgan Jones a travaillé pendant onze ans pour la Kroll Consulting, l'une des plus grandes agences de renseignement d’affaires au monde. Il a eu de multiples occasions pour conseiller des gouvernements du Moyen-Orient, des banques de New York et des compagnies minières africaines.  

L’Or noir des oligarques est son premier roman. Il sera disponible le 01e février 2013 aux éditions des Deux Terres et traduit par Claude et Jean Demanuelli.

Chris Morgan Jones vient de mettre le point final à la rédaction de son second roman, mettant en scène Ben Webster, et à paraitre également chez le même éditeur.

Ben Webster est hanté par le meurtre vieux de dix ans de son amie journaliste Inessa. Devenu employé d’une agence privée de renseignement, il croit avoir une chance de la venger quand un client le charge de faire chuter le magnat russe du pétrole Konstantin Malin. Webster s’en prend d’abord à Richard Lock, l’homme de paille anglais de Malin. Lequel se trouve contraint d’expliquer comment, simple avocat, il a pu devenir l’un des plus gros investisseurs de Russie. Lorsqu’un de ses collègues meurt dans des circonstances suspectes et que Webster s’approche dangereusement de la vérité, Lock comprend que le moment est venu de payer le prix de l’or noir.
Frédéric Fontès 4decouv

Chronique : Batman The Dark Knight - Brandon T. Snider (Fetjaine)

Quand j'ai vu ce livre en magasin, j'ai pensé à tort que c'était un artbook sur l'univers de la trilogie Batman version Christopher Nolan.
À l'occasion de la 16ème édition de Masse Critique, j'ai pu recevoir le livre et me rendre que ce je m'étais trompé. C'est encore mieux que ça !
C'est un mélange entre l'artbook, le pop up et le livre interactif (dont je parlais ICI).
Perso, j'appelle ça des livres trésors. Comme Alien La genèse d'un mythe, le livre contient des éléments issus des trois films : des plans, des photos, des stickers, du courrier, des notes, des schémas, des rapports de police, etc. Vous allez passer de longues heures, à ouvrir les enveloppes qu'il contient et en sortir des documents fidèles à l'esprit du film. Des gadgets de papiers qui vont ravir les fans de la trilogie et contribuer à une nouvelle immersion dans l'univers du Chevalier Noir.
Rarement les amateurs de cinéma et de comic books auront eu l'occasion de redécouvrir leurs films préférés d'une manière aussi ludique.

Bruce Wayne a rassemblé dans cet ouvrage une somme incroyable de documents : croquis, notes, dossiers, courriers, photos, et autres documents classés top secrets. Les moments-clés de son existence y sont révélés, depuis la mort de ses parents, assassinés, ses relations avec son fidèle majordome Albert Pennyworth, mais aussi nombre d'informations aussi bien sur ses alliés que sur les nombreux ennemis qu'il combat. Grâce à des plans et des descriptions très précises de la Batcave, de la Batmobile, des armes et des gadgets, et même du costume du "Dark Knight", vous plongerez au coeur de l'univers de votre héros. Des images exclusives du dernier opus de la trilogie de Christopher Nolan composent également cet album magnifique, qui comprend plusieurs dizaines de suppléments détachables : stickers, photos, plans, rapports de police... Tout l'univers du Chevalier Noir, au moment de la sortie du dernier volet : The Dark Knight Rises.




Chronique : Les Nombreuses Vies de James Bond - Laurent Queyssi (Moutons Electriques)

Comme vous le savez, James Bond fête cette année ses 50 ans. Et si vous venez de voir et d'apprécier Skyfall, le dernier opus de ses aventures au cinéma, vous aimerez certainement vous pencher encore un peu plus sur le mystérieux passé du personnage.

Et pour se faire, j'ai le livre qu'il vous faut.

Les nombreuses vies de James Bond se révèle être une véritable bible pour, à la fois, celles et ceux qui découvrent le personnage et les autres qui en sont de grands fans mais qui ne connaissent pas forcement toutes les facettes et les zones d'ombres du héros.
Fondée par Xavier Mauméjean et André-François Ruaud, la collection la Bibliothèque Rouge qui héberge ce tome consacré à James Bond, propose d'autres ouvrages originaux célébrants les grandes figures de la littérature populaire.

Vous retrouvez dans chaque volume une biographie du personnage, comme s’il avait réellement existé. En se basant sur une multitudes de références issues des textes originaux, les auteurs se proposent de reconstituer toute l’existence de ces grands héros de la littérature du genre tels que Sherlock Holmes, Arsène Lupin, Hercule Poirot, Jack l'Eventreur, Dracula ou, comme cela nous intéresse ici, James Bond.

Comptant désormais une trentaine de références, La Bibliothèque Rouge propose des biographies particulièrement riches criantes de vérité puisqu'elles s'inscrivent dans les contextes historiques, géographiques et littéraires.
Vous trouverez aisément dans cette collection l'opus consacré à un personnage qui vous a fasciné et qui a encore beaucoup de secrets à vous révéler.

James Bond est, sans conteste, l'espion le plus célèbre de la planète. Créé par Ian Fleming au début des années 1950, l'agent 007, armé de son Walter PPK, sillonne le globe pour déjouer les plans de ses machiavéliques adversaires et sauver le monde. Lorsqu'il ne descend pas dans des hôtels de luxe pour y séduire des créatures de rêves, Bond habite dans un appartement de Chelsea, fume soixante cigarettes par jour et raffole des œufs à la coque de May, sa gouvernante. Plus qu'un simple agent secret autorisé à tuer, Bond est devenu un mythe, un des héros les plus populaires du XXe siècle. Pourtant, l'homme qui se cache derrière le personnage possède plus de facettes que le 007 popularisé par le cinéma. Un beau livre de référence, abondamment illustré : biographie détaillée du personnage comme s'il avait existé, survol historique de la guerre froide, études sur l'évolution et la méthode du fameux agent secret britannique, sur les particularités de son univers et sur ses nombreux rivaux (les autres espions - dont les mémoires de John Steed et une journée ordinaire dans  a vie de Modesty Blaise). Plus six nouvelles en hommage à l'œuvre de Ian Fleming, mettant en scène James Bond dans de nouvelles missions - par Johan Heliot, Léo Henry, Philippe Lombard, Brad Mengel, Pierre Rodiac et Éric Saussine. 

Frédéric Fontès 4decouv

vendredi 26 octobre 2012

Dark Horse - Craig Johnson (Gallmeister)

Noël tombe toujours le 25 décembre mais il vous faudra patienter jusqu'au 07 février 2013 pour lire Dark Horse, le cinquième volet des aventures du shérif Walt Longmire, aventures toujours écrites par Craig Johnson et traduites par Sophie Aslanides.

L’affaire paraissait pourtant simple. Wade Barsad, un homme au passé trouble, a enfermé les chevaux de sa femme Mary dans une grange avant d’y mettre le feu. En retour, celle-ci lui a tiré six balles dans la tête durant son sommeil. Telle est du moins la version officielle. Mais le shérif Walt Longmire ne croit pas à la confession de Mary. Persuadé de son innocence, Walt décide de se rendre sur les lieux du crime. Il débarque incognito à Absalom, la petite ville du comté voisin – où il n’a pas juridiction– et se heurte très vite à l’hostilité de la plupart des habitants. Mais Walt n’est pas là pour se faire des amis, et il ne tardera pas à découvrir qu’une grande partie de la population avait de bonnes raisons de vouloir la mort de Wade.



Pour nous faire patienter, les éditions Gallmeister mettront à votre disposition une nouvelle inédite. Le diable à la langue fourchue sera disponible gratuitement en librairie en échange de votre plus beau sourire, à partir du 10 novembre prochain. Il contiendra le premier chapitre de Dark Horse.

Frédéric Fontès, 4decouv


jeudi 25 octobre 2012

Les griffes du mensonge - James Patterson (L'Archipel)

Le nouveau roman de James Patterson, assisté de Michael Ledwidge (Copycat, Une Ombre sur la Ville, Une Nuit de trop, Crise d'otages) sera publié le 06 févier 2013 aux éditions de L'Archipel. Les Griffes du mensonge (Now You See Her) est traduit par Mélanie Carpe.

Nina Bloom est une brillante avocate new-yorkaise qui élève seule sa fille de 16 ans. Lorsqu’un homme est injustement accusé d’être un tueur en série et risque la condamnation à mort, Nina n’a d’autre choix que de replonger dans un passé auquel elle avait soigneusement tourné le dos...
Dix-huit ans auparavant, ivre, elle a percuté un homme avec son véhicule. Le policier qui arrive sur les lieux lui propose de l’aider en la laissant fuir et en faisant disparaître le corps de celui qu’il dit être un dealer.
Ce policier, nommé Peter, elle l’épouse. Mais alors qu’elle est enceinte, elle découvre que Peter est un ripoux impliqué dans des affaires de drogue et de meurtres. Elle quitte alors Key West sans laisser de traces et change d’identité.
Aujourd’hui, son passé la rattrape. Et Peter, qui a retrouvé sa trace, est bien déterminé à la réduire au silence. Définitivement...



Frédéric Fontès, 4decouv

mardi 23 octobre 2012

Chronique : 41 - Rogelio Guedea (Ombres Noires)

Présentation ICI
Dire que j'ai été bousculé par cette lecture serait un euphémisme...
J'ai été un peu gêné par l'intégration des rapports de Police, qui saccade un peu le rythme de lecture de ce court roman. Et puis à chaque page on rentre encore un peu plus dans le tourbillon.
Si le destin de celui que l'on peut considérer comme le héros de l'histoire est particulièrement sombre et tragique, le "Japonais" se révèle être un personnage fascinant.
Dans la lignée des polars du Sud Africain Roger Smith (Mélanges de sang, Blondie et la mort) et de celui de Larry Fondation (Sur les nerfs), 41 porte un regard sans concession sur ce monde où l'ombre de la mort pointe son nez à chaque coin de rue. La corruption policière, les journalistes à la botte de politiciens véreux, la drogue, la prostitution, la pédophilie, Rogelio Guedea aborde avec une sombre fulgurance des sujets qui gangrène le quotidien de la société mexicaine.
C'est le deuxième titre de la collection Ombres Noires, après le roman de Marin Ledun. Il confirme la volonté de l'éditeur de diversifier le paysage du roman noir en librairie. Le rendez-vous est pris en janvier 2013 pour lire le roman de l'allemande Tina Uebel, La Vérité sur Frankie.

Pour connaitre l'histoire qui a inspiré le titre du roman, cliquez ICI.

Frédéric Fontès

Invincible - Laura Hillenbrand (Presses de la Cité)

Si vous avez aimé les Chariots de Feux, Papillon d'Henri Charrière et Guillotine sèche de René Belbenoit, ce roman de Laura Hillenbrand devrait vous plaire. Invincible est disponible depuis le 11 octobre et traduit par Jean-François Panodal.

Louis Zamperini est né en 1917 à New York. Quand il arrive en Californie, trois ans plus tard, il ne parle que l'italien. Dans un contexte de dépression économique, peu de perspectives d'avenir s'offrent à lui. C'est son inscription dans l'équipe scolaire de course de fond qui changera sa vie à tout jamais.
Il devient alors une gloire locale et participe aux jeux Olympiques de 1936. Mais sa chance tourne en 1941, lorsqu'il s'engage dans l'armée. Après un bombardement japonais, son avion s'abîme dans le Pacifique et il est fait prisonnier. Dans les camps de travail, il est soumis à des conditions de vie atroces mais surtout à un tortionnaire vicieux et sadique. En véritable force de la nature, il survit à toutes ces épreuves.
A son retour aux Etats-Unis, il est considéré par ses proches comme un héros. Toutefois, son traumatisme est tel qu'il plonge dans l'alcool et la violence. Sa rédemption vient alors de sa foi et de son premier amour : la course.
Ce livre témoigne du parcours prodigieux d'un champion pris dans la tourmente d'une période historique chaotique.

Plus d'informations sur Louis Zamperini : http://en.wikipedia.org/wiki/Louis_Zamperini

Frédéric Fontès, 4decouv


dimanche 21 octobre 2012

Il coule aussi dans tes veines - Chevy Stevens (Archipel)

Après un premier roman saisissant (Séquestrée, voir la chronique), les éditions de l'Archipel poursuivent la publications des romans de Chevy Stevens avec son second roman, Il coule aussi dans tes veines (Never Knowing), qui sera disponible le 09 janvier 2013. File conducteur de ses romans, nous y retrouveront la psychologue de Séquestrée. Le troisième roman de la romancière, à paraitre aux USA en 2013, lui sera d'ailleurs entièrement consacré.

MAJ avec la présentation de l'éditeur et la couverture.
Sara Gallagher, 34 ans, mère d’une fillette de 6 ans, sait depuis toujours qu’elle a été adoptée. Mais, alors qu’elle se prépare à épouser Evan, la jeune femme souhaite découvrir qui sont ses véritables parents. Ses recherches ne passent pas inaperçues et alertent son père biologique, qui n’est autre que le tristement célèbre Tueur des campings, un serial killer que la police canadienne cherche à coincer depuis des années.
Quand ce dernier – qui prétend se prénommer John – prend contact avec elle pour faire sa connaissance, Sara se retrouve prise au piège. Elle ne veut pas lui parler. Lui menace de tuer si elle interrompt leurs conversations téléphoniques. Et il passe à l’acte...
De plus, la police pousse la jeune femme à poursuivre leur échange pour localiser le tueur. Mais le pire est à venir. Un jour, John réussit à attirer Sara et sa fille dans
une cabane perdue au fond des bois sur l’île de Vancouver...
Photo: Suzanne Teresa www.suzanneteresa.com

Comme dans Séquestrée, Chevy Stevens fait monter le suspense jusqu’à
son paroxysme. Un thriller à couper le souffle qui se dévore d’une traite.

Frédéric Fontès 4decouv





samedi 20 octobre 2012

Bloc 11 - Piero Degli Antoni (Archipel)

Bloc 11 a été pré-publié en septembre 2011 par France Loisirs. Il sera disponible dans toutes les librairies le 20 février 2013 aux éditions de l'Archipel.
Pierro Degli Antoni est né dans la ville italienne de Bergame en 1960. Écrivain et journaliste, il vit actuellement à Milan et travaille pour le journal Quotidiano Nazionale. Bloc 11 est son premier roman publié en France. Il est traduit de l'italien par Caroline Roptin.

New York, milieu des années 1990. Alors qu'il se trouve sur un ferry, Moshe entend ces deux mots : Mützen ab !, une expression allemande qui le ramène cinquante ans en arrière.

Auschwitz, 1944. Trois prisonniers viennent de s'évader. Par mesures de représailles, le commandant du camp désigne dix détenus. Cependant, au lieu de les exécuter, il décide de leur infliger un autre supplice, plus raffiné. 

Enfermés dans le bloc 11, ils ont la nuit pour décider celui d'entre eux qui, au petit matin, sera fusillé. Pendant ce temps, le commandant du camp se livre avec son jeune fils à une étrange partie d'échecs.

Moshe se souvient de cette nuit-là, de sa détention, puis de son évasion en effectuant un voyage au tréfonds des ténèbres. C'est alors qu'un inconnu sonne à sa porte.

Frédéric Fontès


vendredi 19 octobre 2012

Chronique : Le Cercle - Bernard Minier (XO)

Après un premier roman remarqué (Glacé), le nouveau thriller de Bernard Minier a pour titre Le Cercle. J'étais impatient de retrouver les personnages de son premier roman, je n'ai pas été déçu.

Comme je l'évoquais dans ma chronique du dernier roman de Patrick Graham, j'ai l'intime conviction qu'une bonne histoire est avant toutes choses racontée par de bons personnages. Bernard Minier nous en offre la preuve.

Avec cette suite, nous pouvons désormais avoir la confirmation que l'auteur aime ses personnages et qu'il a envie de les développer livres après livres.
On regrettera peut être le fait que Espérandieu et sa femme soient moins présent mais c'est le prix à payer pour permettre au reste du casting d'évoluer.

À ce sujet, on remarquera l'intégration de la fille du commandant dans l'intrigue, qui devient "détective" à son tour. Les geeks qui hantent une école et qui surveillent les agissements des stars locales, ce n'est malheureusement pas nouveau mais on pardonne très vite à l'auteur cette petite parenthèse.

Outre le fait d'aimer ses personnages, Bernard Minier aime ses lecteurs. Quand il remet en scène un Servaz seul, il sait qu'il va titiller la personne qui tourne les pages : mais où est tel perso ? Qu'est devenu untel, etc. Et quand ces derniers arrivent en cours de route, nous les accueillons avec un grand sourire.

L'auteur offre aussi à ses lecteurs la possibilité de deviner les tenants et aboutissants presque en même temps que Servaz, ce qui rapproche encore un peu plus le sentiment de proximité que l'on peut éprouver à son égard.

Glacé nous enfermait au milieu des montagnes et du froid. Cette fois, le Cercle nous cerne d'eau de pluie et nous fait plonger dans les eaux sombres d'un lac qui cache bien des mystères. D'ailleurs, ce titre est un choix très judicieux puisqu'il évoque à la fois le passé de Servaz, le passé des victimes, des suspects et surtout, le Cercle que forme désormais Servaz et Hirtman.

Avec désormais deux romans à son actif, Bernard Minier nous prouve une nouvelle fois qu'il faut compter sur lui et qu'il fait partie intégrante du cercle des auteurs incontournables du genre.

Vivement la suite !

Juin 2010. Le commandant Martin Servaz reçoit un énigmatique e-mail. Julian Hirtmann, le mystérieux pensionnaire de l'Institut psychiatrique Wargnier, dont personne ne sait, depuis son évasion il y a dix-huit mois, s'il est vivant ou mort, serait-il de retour ?
Pendant ce temps, à une dizaine de kilomètres, un professeur de civilisation antique est assassiné, un artiste suédois brûlé vif, un éleveur de chiens dévoré par ses animaux. Que se passe-t-il autour de Marsac et de ce cercle d'étudiants qui réunit l'élite de la région et dont Servaz a fait partie ?
Aidé par Espérandieu et Irène Ziegler, Servaz va découvrir l'existence d'un jeu sinistre et rouvrir de terribles blessures. Confronté à un univers terrifiant de trahison, de bestialité, de perversité et d'intelligence, il n'en sortira pas indemne. Il devra également protéger ceux qu'il aime de la menace Hirtmann, à commencer par Margot, sa fille, étudiante à Marsac.
Mais l'ennemi n'est jamais là où on l'attend...




Frédéric Fontès

jeudi 18 octobre 2012

IL - Derek Van Arman (Sonatine)

IL de Derek Van Arman sera publié le 07 14 février 2013 aux éditions Sonatine. Comme avec Au-delà du Mal de Shane Stevens, l'histoire éditoriale de ce roman est susceptible d'être aussi pimentée que son intrigue.
C'est François Verdoux et Arnaud Hofmarcher qui évoquaient cette histoire en octobre dernier dans une interview accordé à L'Express :

"Nous n'attendons pas que des agents nous proposent leurs auteurs au prix fort", explique l'Homme invisible de Saumur. Quitte à passer de longs mois à pister des écrivains. Ainsi pour ce Derek Van Arman, qui publiait il y a vingt ans, Just Killing Time, un polar conspiratif qui lui valut d'être interrogé par des agents du FBI, trouvant qu'il décrivait d'un peu trop près leurs méthodes. Au point de l'effrayer. L'homme est introuvable. "Hof" identifie le nom qui se cache derrière le pseudonyme de Van Arman. Tombe sur le même patronyme dans un registre de condoléances sur Internet. Retrouve le frère du romancier. Enfin, quelques jours plus tard, une voix au bout du fil: "Je suis Derek Van Arman. Mon livre m'a valu beaucoup d'ennuis, je ne suis pas sûr de vouloir le ressortir..." Just Killing Time est finalement annoncé chez Sonatine pour 2013."

On nous promet un tueur aussi terrifiant qu'Hannibal Lecter qui aura à ses trousses Jack Scott, un agent fédéral mettant tout en œuvre afin de mettre hors d'état de nuire ce genre de monstres... La traduction est de Johan-Frederik Hel Guedj.

Derek Van Arman
« La plupart des tueurs en série n’ont rien à voir avec les mythes qu’ils ont engendrés. Ils ne vivent pas isolés, au milieu des bois ou au fin fond d’un asile. Ce sont vos propres voisins. Comme Bundy, Statler, Gacey, Williams, Merrin et des centaines d’autres sur cette liste, ce sont des individus que vous croisez aux réunions de parents d’élèves ou aux matchs de base-ball de Little League, ils prennent le bus avec vous, leurs enfants jouent avec les vôtres, et ils récitent peut-être même le Notre Père avec vous, lors de vos réunions de famille.» Ainsi parle Jack Scott, directeur de l’agence fédérale en charge des crimes violents et spécialiste des serial killers. Lorsqu’une mère et ses deux filles sont sauvagement assassinées dans une mise en scène macabre, c’est le début d’une chasse à l’homme impitoyable. Jack, qui pensait avoir tout enduré, devra affronter son passé pour mettre la main sur un tueur atypique, aussi pervers que machiavélique.

Les très grands romans de serial killer se comptent sur les doigts d’une main : Le Dahlia noir, de James Ellroy, Le Silence des agneaux, de Thomas Harris, Le Poète, de Michael Connelly. Après Au-delà du mal, de Shane Stevens, nous sommes heureux de vous proposer un nouveau sommet du genre, Il, de Derek Van Arman.
Roman choral, baroque, d’une ampleur peu commune, Il marque d’une pierre noire l’histoire du roman de serial killer. Cette descente vers le mal, angoissante et crépusculaire, au suspense implacable, outrepasse toutes les limites du genre, et nous donne un aperçu d’un réalisme rare sur les méthodes d’investigation de la police américaine. À tel point que l’auteur a été mis en examen par le FBI afin qu’il livre les sources lui ayant permis d’être aussi proche de la réalité. Problèmes judiciaires qui expliquent pourquoi ce livre, paru aux États-Unis en 1992 et immédiatement devenu culte, est resté inédit en France jusqu’à ce jour.
Derek Van Arman est un pseudonyme. Il est son seul roman.


Frederic Fontes 4decouv





Dans la peau du diable - Luke Delaney (MA)

Dans la peau du diable est le premier roman de Luke Delaney, un ancien policier qui écrit sous pseudonyme. Il est traduit par Etienne Menanteau (on doit à ce dernier la traduction l'un des premiers romans publiés par les éditions Sonatine, Un sur deux de Steve Mosby) et sera disponible le 06 novembre, aux éditions MA. L'auteur prépare un second roman qui met toujours en scène l'inspecteur Sean Corrigan.

Un homme, en apparence bon père de famille, nous raconte par le menu, dans un monologue intérieur, le meurtre qu'il vient de commettre : comment il a repéré puis traqué sa victime, pour la poignarder sauvagement dans son appartement londonien.
L'inspecteur Sean Corrigan est appelé avec son bras droit, Dave Donnelly, sur la scène de crime. Sean, abusé dans son enfance, ressent et comprend la violence des meurtriers, l'ayant lui-même intériorisée. Il a développé une sorte d'intuition très forte qui lui permet de visualiser le déroulement des crimes et de ressentir la proximité animale du tueur.
D'autres meurtres vont être commis, plusieurs personnes suspectées et un vaste jeu du chat et de la souris commence. Mais dans cette affaire, les apparences sont trompeuses, les fausses pistes et les pièges nombreux, et Sean va avoir fort à faire pour dénouer les nombreux fils de cette intrigue.



Frederic Fontes 4decouv

mardi 16 octobre 2012

La Route de Woodbury (The Walking Dead, tome 2) - Kirkman Bonansinga (Livre de Poche)

Après L’Ascension  du Gouverneur, le nouveau tome des romans consacrés à l'univers de The Walking Dead, La Route de Woodbury, sera disponible le 17 octobre aux éditions du Livre de Poche.

Quand l’invasion zombie a dressé les vivants contre les morts, Lilly Caul a fui la banlieue d’Atlanta. D’abris de fortune en campements improvisés, elle essaie à présent de survivre. Mais les zombies sont de plus en plus nombreux, et leur appétit pour la chair est sans limites. Terrorisée, Lilly trouve refuge dans une ville fortifiée connue sous le nom de Woodbury. De prime abord, c’est un parfait havre de paix : les habitants troquent de la nourriture contre des services, les barricades sont solides et le mystérieux leader qu’on appelle Philip Blake veille sur les citoyens. Pourtant, Lilly commence à douter : Blake veut qu’on l’appelle le Gouverneur, et ses idées sur la loi et la justice sont… déviantes. Avec une bande de rebelles, elle ouvre la boîte de Pandore et défie le Gouverneur. La route de Woodbury se transforme alors en autoroute pour l’enfer.



Frédéric Fontès 4decouv

La vérité sur l'Affaire Harry Quebert - Joël Dicker (Fallois)

Depuis cet été, l'un de mes amis libraires, Jérôme Toledano, me disait le plus grand bien des épreuves du livre qu'il tenait en main.
Depuis cet été, j'ai cherché des infos sur ce nouveau roman de Joël Dicker afin d'en faire une présentation ici même, en vain...
Et c'est un article publié ce jour dans la presse qui me rappelle ce conseil de lecture à mon bon souvenir.
La vérité sur l'Affaire Harry Quebert est disponible en librairie depuis le 19 septembre dernier, aux éditions de Fallois / L’Age d'homme.


À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois. Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison. Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman
à succès ?




Frédéric Fontès 4decouv

mercredi 10 octobre 2012

Micro - Michael Crichton, Richard Preston (Robert Laffont)

Micro est avec Pirates, l'un des deux romans posthumes que Michael Crichton a laissé derrière lui lors de sa mort.
Un tiers du roman ayant été écrit par l'auteur, c'est Richard Preston qui a été chargé de reprendre en main le manuscrit, pour cette suite de Next.
Le roman est traduit par Christine Bouchareine et sera publié le 25 octobre 2012 aux éditions Robert Laffont.

Dosant toujours à la perfection découvertes scientifiques réelles et fiction, Crichton entraîne ses personnages dans un univers aussi effrayant que celui de Jurassic Park et aussi angoissant que celui de La Proie. Un roman posthume saisissant.

Une mystérieuse société, Nanigen MicroTechnologies, s'est installée dans les environs d'Honolulu. Officiellement, Nanigen fait de la bioprospection. En réalité, elle s'intéresse de près aux nanotechnologies : elle fabrique des microrobots au moyen d'un mystérieux générateur tensoriel qui lui permet de réduire aussi bien les objets que les créatures vivantes. Grâce à ces inventions, Nanigen découvre dans la jungle d'Oahu des milliards de micro-organismes inconnus. Pour exploiter cette manne prometteuse de nouveaux médicaments vitaux et de profits inimaginables, il lui faut des chercheurs. D'autant plus que ses méthodes ne sont pas sans danger pour son personnel et que son P-DG, Vin Drake, est prêt à vendre son âme au diable...Ses dirigeants contactent à Cambridge, Massachusetts, un groupe de sept étudiants en biologie dont chacun se distingue dans son domaine.Leur faisant miroiter des outils de travail incroyablement innovants qui les porteront à l'avant-garde de la recherche scientifique, ils les invitent à Hawaï tous frais payés.Eric, directeur de Nanigen et frère de Peter, l'un des étudiants, disparaît.Arrivéà Hawaï, Peter comprend vite que son frère a étééliminé par Vin Drake, avec la complicité d'Alyson Bender, la directrice financière. Il décide de les confondre en présence des autres étudiants. La confrontation tourne mal. Les étudiants se retrouvent miniaturisés et abandonnés dans la jungle. Face à un environnement hostile, peuplé de créatures gigantesques par rapport à eux, qui ne mesurent plus qu'une douzaine de millimètres, ils n'ont pour se défendre que leurs connaissances de biologistes. En outre, le temps leur est compté. En effet, s'ils ne retrouvent pas leur taille dans les trois jours, tous les êtres vivants miniaturisés meurent de la maladie des caissons.Commence alors une course folle contre la montre face à une nature cruelle et sans états d'âme et à un Vin Drake prêt à tout pour se débarrasser de ces témoins gênants...



Frédéric Fontès




lundi 8 octobre 2012

Le Vol des Cigognes Nouvelle Édition - JC Grangé (Albin Michel)

Albin Michel annonce pour le 03 janvier 2013 une nouvelle édition du best-seller de Jean-Christophe Grangé : Le Vol des Cigognes.
Ce premier roman de 1994 est certainement son meilleur livre à ce jour.


L'ornithologue Böhm, qui étudie la migration des cigognes, a constaté que de nombreux couples ne reviennent jamais d'Afrique. Qui les fait disparaître ? Chargé de l'enquête, Louis Antioche rend visite à Böhm mais celui-ci est mort d'un infarctus. L'autopsie révèle que le vieil homme avait subi une transplantation cardiaque à l'époque où ce type d'opération était rare, d'autant que Böhm résidait en Afrique comme conseiller de Bokassa. Poursuivant ses investigations, Louis part en Bulgarie à la recherche de Rajko, un Tzigane pisteur de cigognes. Trop tard :celui-ci a été tué et on a prélevé son cœur. Ayant appris que des médecins de l'association humanitaire "Monde unique" - à qui Böhm a légué sa fortune - se trouvaient sur les lieux lors de sa mort, Louis poursuit son dangereux périple, de mystérieux tueurs à ses trousses... 

Frédéric Fontès, 4decouv.

Délivrance - Jussi Adler-Olsen (Albin Michel)

C'est le 03 janvier prochain que vous aurez des nouvelles de l’inspecteur Carl Mørck, chef de la section V, avec le troisième opus de ses enquêtes, Délivrance, publié par les éditions Albin Michel.


Photo de Jesper Kristensen
    






À Wick, aux confins de l’Écosse, une bouteille en verre dépoli est longtemps restée sur le rebord d’une fenêtre du commissariat. Personne ne l’avait remarquée, pas plus que le message qu’elle contenait. Un message qui commence par le mot Hjœlp, « Au secours » en danois, écrit en lettres de sang.

Envoyée à Copenhague par la police anglaise, la mystérieuse missive atterrit sur le bureau des affaires classées de l’inspecteur Carl Mørck et de son équipe. Son déchiffrage révèle qu’elle provient de deux garçons qui auraient été kidnappés dans les années 90. Chose étrange : leur disparition n’a jamais été signalée…

Frédéric Fontès, 4decouv.



Chronique : Sacrifices - Pierre Lemaitre (Albin Michel)

Sacrifices, en huit mots : colère, amour, Rubicon, noirceur, cigarette, mélancolie, tristesse, deuil. Une nouvelle merveille d'un auteur dont on n'est jamais rassasié. Encore !



Avant de parler du contenu du livre, je vais rapidement évoquer mes regrets concernant le fait que cette couverture à base d'écran de caméras de surveillances (ici à gauche) n'ait pas été conservée pour la version finale, qui propose une image finalement particulièrement laide (à droite)... 

Sacrifices est le troisième roman de Pierre Lemaitre qui clôt une trilogie débutée via Travail Soigné et Alex, qui met en scène le Commandant de Police Verhœven.

Ce qui surprend quand l'on commence les premières pages de Sacrifices, c'est la violence de cette introduction. Elle nous sonne, nous remplit de colère et ne nous épargne rien.
Elle nous place dans la peau de Camille Verhœven, qui assiste impuissant à la tentative d'assassinat de la femme qu'il aime.
Dès lors, il va transgresser son code de bonne conduite, et rapidement franchir le Rubicon. 

Le lecteur comprend soudain le côté irrévocable des évènements qu'il découvre en tournant les pages. Un peu comme la cigarette qui se consume doucement pour ne laisser que des cendres.
Les traces de pas laissées par le héros sont brûlantes et l'on est saisi par la mélancolie qui l'habite. Pierre Lemaitre produit un roman particulièrement viscéral, à la fois une belle déclaration d'amour et un cri de rage. On sent une volonté de mettre un terme à un cycle et l'on se prépare avec tristesse à dire au revoir à un personnage particulièrement attachant.

 Pierre Lemaitre nous offre encore une fois un retournement de situation dont il a le secret même si dans sa construction, Sacrifices semble s'éloigner des précédents écrits de l'auteur. Comme son héros, le livre devient brûlant et fait monter le thermomètre de la noirceur jusqu'à son apogée.

On regrettera peut être une fin bien plus rapide que le reste du roman mais on regrettera surtout un personnage assez touchant.

Sacrifices évoque une chasse aux fantômes qui prend fin avec l'acceptation par Camille de ce qu'il a perdu, ultime délivrance pour qu'il puisse gagner un semblant de sérénité et peut être renaitre à nouveau ?

Frédéric Fontès, 4decouv.






Chronique : Atomka - Franck Thilliez (Fleuve Noir)

ATOMIQUE !

Le véritable patron du thriller français, quoi qu'en dise et pense JC Grangé, c'est lui, Franck Thilliez. Avec ce nouveau roman, il prouve une fois de plus sa capacité à produire des intrigues à la fois complexes et humaines.

Outre le fait qu'Atomka soit le livre le plus épais à ce jour écrit par Franck Thilliez, c'est surtout un beau cadeau qu'il fait aux lecteurs de la première heure.
Pour celles et ceux qui lisent ses romans depuis le Syndrome E, on ne peut que vous conseiller de vous ruer sur les éditions poches de Train d'enfer pour Ange Rouge et Deuils de Miel.

Même si Franck Thilliez vous donne toutes les cartes en main pour comprendre les tenants et aboutissants de cette enquête secondaire qui va puiser son essence jusqu'aux racines de la mythologie Sharko.
Épais donc puisque dans sa version non corrigée, il fait presque 600 pages. Mais à aucun moment, cela ne pèse dans la lecture. Bien au contraire.

Sharko a fait son apparition en 2004 dans TEAR (je ne mentionne pas Conscience animal qui ne semble pas faire partie du "canon") et le personnage a vieilli en même temps que nous. Pour celles et ceux qui ne l'aurait pas capté, par exemple, Deuils de miel se déroule 2 ans après TEAR, soit 2 ans après sa sortie.

8 ans que l'on suit les enquêtes de ce personnage hanté, 8 ans que l'on s'attache à lui, à l'occasion de chacune de ses apparitions. Avec Atomka, Franck Thilliez parvient une nouvelle fois à nous coller aux basques du personnage.
Le roman se révèle être captivant et il ne vous laissera pas le temps de vous reposer. Les pages se tournent toutes seules et les deux enquêtes permettent de ne laisser aucun temps morts.

Captivant, instructif, addictif et plein d'humanité, les ingrédients sont là pour faire de ce nouvel opus un des meilleurs romans de l'auteur et de la série.

Frédéric Fontès, 4decouv


dimanche 7 octobre 2012

Autre-monde Tome 5 : Oz - Maxime Chattam (Albin Michel)

La sortie du tome 5 de la série Autre-monde, OZ, est annoncé pour le 02 novembre aux éditions Albin Michel.
Le prochain thriller de l'auteur, La conjuration primitive, est quant à lui annoncer pour le 31 décembre 2012.

Cap sur l’Europe ! Pour tenter de vaincre Entropia, l’Alliance des Trois s’embarque pour le vieux continent. Objectif : mettre la main sur le Coeur de la Terre. Mais c’est un pays hostile qui les attend, où les Cyniks ont asservi les enfants. Obstacles, pièges, trahisons, les jeunes héros parviendront-ils à leurs fins ? Ou le chaos mortifère d’Entropia aura-t-il raison d’eux ? La quête de Matt, Ambre et Tobias est loin d’être terminée… 



Frédéric Fontès 4decouv

samedi 6 octobre 2012

Poche : Jusqu'à la folie de Jesse Kellerman

Jusqu'à la folie de Jesse Kellerman est disponible en format poche depuis le 03 octobre. Voici ce que j'en disais lors de sa sortie en grand format, aux éditions les 2 Terres. Son nouveau roman, Beau Parleur, vient de paraitre chez le même éditeur.

Second roman de Jesse Kellerman publié en France (même si il est antérieur à Les Visages), second coup de maître ! Jusqu'à la folie (Trouble en VO) est une saisissante descente aux enfers que vit le héros du roman. Cela devient véritablement effrayant quand il prend conscience de l'ampleur de cette folie. Parce que l'on peut considérer que cette folie contamine deux protagonistes :

* C'est le héros qui est susceptible de devenir fou, vu les situations extrêmement stressantes auxquelles il est confronté.

* C'est aussi la folie du personnage qu'affronte Jonah pour qui les règles ne sont pas les mêmes et qui n'a pas de limites pour l'exprimer.

Donc, ce "jusqu'à" est à la fois un mouvement lent et insidieux qui mène une personne saine d'esprit à faire la rencontre de la folie incarnée. Mais c'est également l'inverse, en faisant apparaitre l’implacable démence d'un personnage qui assimile Jonah dans son univers forcément décalé et qui a déjà atteint son rythme de croisière. Ce "jusqu'à" met aussi en évidence le fait qu'il y ait un avant et un après. Le calme avant la tempête et le calme qui ne sera plus jamais comme avant. Un retour jusqu'à la sérénité quasiment impossible.

Jusqu'à la folie, c'est un peu comme si vous observiez sur un écran deux trajectoires différentes, une lente et une rapide, cette dernière étant en mode interception de la première. Jusqu'au big bang. KABLAM ! Et de découvrir que finalement, le choc initial n'est pas le moment le plus effrayant. Le pire, c'est la retombée des fragments suite à l'impact. Des morceaux brûlants, coupants et follement contagieux...

L'autre élément fascinant de l'histoire de Jonah qui nous permet de bien rentrer dans ses "pompes", c'est son parcours et son quotidien d'étudiant en médecine. Les fans d'E.R. seront aux anges.

Embarquez dans cette troublante histoire, qui ne vous laissera aucun répit, de la première page jusqu'à la... dernière !






Frédéric Fontès

vendredi 5 octobre 2012

Chronique : James Bond par Roger Moore (Grund)

Aujourd'hui, nous fêtons les 50 ans de la première apparition de James Bond au cinéma. C'était le mercredi 05 octobre 1962 dans James Bond contre Dr. No, réalisé par Terence Young avec Sean Connery dans le rôle titre.
Le même jour, sortait le premier 45 tours d'un groupe qui allait révolutionner le monde musical : Love Me Do, issu du premier album des Beatles, Please Please Me, qui lui sortira en 1963. Le morceau a lui aussi 50 ans, bel anniversaire donc.

En 2013, nous fêterons un autre anniversaire : la première apparition de Roger Moore dans le rôle titre qui date de 1973, dans Vivre et laisser mourir  (Live And Let Die), réalisé par Guy Hamilton.
Autre clin d’œil à la sortie du premier single des Beatles et à James Bond, 2013 fêtera les 40 ans du thème musical du film Live & Let Die signé Paul McCartney et les Wings.

 

L'occasion est donc parfaite pour lier ces deux évènements dans un livre où Roger Moore ne va pas se contenter de revenir sur son rôle mais sur toute l'histoire de James Bond au cinéma.
Avec l'humour qu'on lui connait, il évoque non seulement les 50 ans de carrière de cette franchise à succès mais il aborde, entre autres les romans de Ian Flemming, ses amitiés avec des acteurs et des producteurs de la saga, etc. Ce qui lui permet de proposer une vision particulièrement intéressante de la mythologie du héros. Son amitié avec Albert R. Broccoli nous offre par exemple des anecdotes particulièrement savoureuses.
Un beau livre indispensable pour les fans de James Bond et de Roger Moore, qui (re)découvriront à cette occasion des révélations sur la préparation des films, des secrets de tournage, des commentaires tour à tour amusants, touchants et passionnants, ainsi qu'un grand nombre de photos inédites, issues de la collection privée de l'acteur.
James Bond fête ses 50 ans au cinéma et c'est Roger Moore qui vous propose la visite guidée. On ne pouvait rêver meilleur guide !

Frédéric Fontès, 4decouv

Les aventures de James Bond représentent la plus longue série de films de toute l'histoire du cinéma, et l'année 2012 marque le 50e anniversaire de l'agent secret le plus célèbre au monde.
Des six comédiens qui ont interprété le rôle de 007, le plus connu et le plus charismatique reste sans aucun doute l'immense acteur Roger Moore.

Pour célébrer cette date anniversaire, Roger Moore nous livre à travers l'ouvrage James Bond par Roger Moore un formidable témoignage dans lequel figurent tous les films qui composent les aventures de l'agent britannique. Des James Bond girls à ses principaux ennemis, des belles voitures à ses cocktails favoris, des gadgets aux différents endroits de la planète qu'il a parcourus... ce livre richement illustré dévoile l'univers indélébile de James Bond ainsi que des archives et des photographies inédites.
 



Chronique : Le deuxième homme - Hervé Commère (Fleuve Noir)

Si Hervé Commère a souhaité surprendre son lectorat avec ce quatrième roman (en comptant Départs), il a totalement réussi son pari.
Il étonne par sa forme, qui prend un peu ses distances avec la construction de J'attraperai ta mort et des Ronds dans l'eau, mais Le deuxième homme prolonge le travail effectué avec Départs. Hervé Commère ne se concentre plus seulement sur les cercles concentriques, il utilise comme modèle les trajectoires, un peu comme les trainées laissées dans le ciel dans le sillage des avions.
Il déconcerte surtout par sa noirceur et son cynisme, à l'image d'un héros qui s'est construit un personnage, une attitude et un cadre de vie qui s'apparente à un mirage.
Et quand il découvre que son récent bonheur conjugal repose également sur une illusion, le philtre d'amour qui coule dans ses veines va devenir poison. Quand des menteurs se décident à boire dans la même coupe, les mots bleus  finissent toujours par virer aux maux rouges sang.
Le deuxième homme est un roman très troublant, puisqu'il nous montre avec une précision clinique comment dans un couple, l'amour peut devenir obsession et vice et versa. Comment finalement cette passion qui prend l'apparence d'une obsession se révèle n'être qu'une sorte de malédiction.
Un peu comme si le destin avait fomenté un plan particulièrement machiavélique, afin que les trajectoires de ces deux âmes maudites se côtoient, se croisent, pour finalement se percuter dans une retentissante explosion.
On a très rapidement en tête l'image de deux plantes carnivores qui se séduisent pour mieux se nourrir de l'autre. En fait, ce sont deux vies qui cachent deux longs suicides. Chacune prolonge un peu plus ce qui n'est finalement qu'un sursis. Si la morale du livre est très noire elle prend la forme d'une ultime déclaration d'amour.
Une lectrice d'Hervé Commère a eu ce mot juste en évoquant le côté vénéneux du roman. Noir et vénéneux. Deux des ingrédients qui vous attendent, prêts à vous sauter au visage dès que vous aurez tourné la bonne page...

Frédéric Fontès, 4decouv


L’Évangile hérétique - Adrian Dawson (Cherche-Midi)

Amateurs de romans popularisés par Dan Brown via le Da Vinci Code, ce premier roman écrit par Adrian Dawson devrait attiser votre curiosité.
L’Évangile hérétique sera publié le 08 novembre aux éditions du Cherche-Midi. Il est traduit par Danièle Mazingarbe.

Adrian Dawson nous propose avec ce thriller au suspense oppressant un inoubliable voyage dans les mystères de La Bible. Des textes originaux des évangiles à l’histoire cachée de Jésus, il nous offre une formidable plongée au cœur des textes et énigmes historiques et religieuses. Adrian Dawson est né en 1971 dans le Yorkshire. L’Évangile hérétique est son premier roman. 

Lorsque le vol commercial 320 Francfort New York explose en vol, Jack Bernstein, grand maître d’échecs spécialiste en cryptologie et président directeur général d’Intellisoft, multinationale de l’informatique, apprend que Lara, sa fille unique dont il est sans nouvelles depuis trois ans, était à bord.
 Alors que l’enquête s’oriente vers un attentat terroriste, Jack reçoit un étrange message crypté en anciens symboles hébreux : un homme mystérieux, Mr Simon, qui prétend en savoir long sur la mort de sa fille, lui donne rendez-vous à l’église Notre Dame de France, à Londres.
Sur cet ancien site templier, sous la fresque de Jean Cocteau représentant La Passion du Christ qui orne les murs de la chapelle, Mr Simon révèle à Jack que les hommes qui ont placé la bombe n’avaient qu’une cible, Lara, et qu’un objectif, empêcher que celle-ci ne révèle la vérité sur une confrérie secrète, les Abraham, dont les mystérieux desseins menacent les fondements mêmes de l’Église. Il est prêt à tout révéler à Jack, sur les meurtriers et leurs mobiles, à une seule condition : que celui-ci mette sa fortune et ses compétences à sa disposition pour l’aider à déchiffrer une énigme qui leur permettra de déjouer les plans de la confrérie. A peine Jack a-t-il accepté qu’il se retrouve aux prises avec les premiers indices, disséminés dans trois tableaux, la fresque de Jean Cocteau, La Cène et La Vierge aux Rochers de Léonard de Vinci. Une formidable partie d’échecs historique et religieuse se met alors en place.




Frédéric Fontès, 4decouv

jeudi 4 octobre 2012

Dédicace Le Puits des Mémoires à Paris le 11 Octobre


Chronique : Les 500 - Matthew Quirk (Cherche-Midi)

Les 500 est le premier roman de Matthew Quirk et il mérite votre attention. Dans le sens où les lecteurs attentifs qui aiment les romans à gros potentiels vont être servi. Et surtout dans le sens où c'est un roman exigeant tant le sujet est pointu au premier abord et d'une diabolique efficacité.
À 31 ans, l'auteur produit un roman qui n'a rien à envier à ceux de Robert Ludlum, Brad Meltzer et Gregg Hurwitz.
Les 500 est un livre que vous aurez bien du mal à refermer tant l'intrigue est captivante et sans temps mort. Avec une galerie de personnages bien campés, Matthew Quirk fait petit à petit monter les enjeux de ce poker menteur. Les possesseurs des meilleurs cartes et les bluffeurs professionnels s'affrontent dans une partie qui va faire couler le sang et dont l'énorme mise conduira inexorablement le perdant au tapis. Comme le disait le personnage incarné par Paul Newman dans le film Cool Hand Luke, "sometimes, nothing can be a real good hand." Parce que pour en arriver à ne plus rien avoir en mains, Mike Ford, le héros, va vivre une véritable descente aux enfers.
Mais c'est ce qui fait le charme des romans de ce genre, avec un héros incarnant le candide (une projection du lecteur finalement), qui découvre les arcanes du pouvoir et qui va mettre en pratique ses acquis pour se dépêtrer du piège qui se referme autour de lui.
Les 500 est l'un des romans anglo-saxons du mois d'octobre sur lequel aucun amateur du genre ne devra faire l'impasse. Il est traduit par Hubert Tézenas pour les éditions du Cherche-Midi.

Frédéric Fontès

mardi 2 octobre 2012

Chronique : Des fauves et des hommes de Patrick Graham (Anne Carrière)

Présentation ICI

Le nouveau roman de Patrick Graham, Des fauves et des hommes, nous  prouve une nouvelle fois que ce qui fait l'essence d'un excellent roman, ce sont ses personnages. C'est l'âme que le romancier va insuffler dans ses créations littéraires qui va en faire les véritables artisans de la qualité de son ouvrage.
Quand un romancier parvient à s'effacer derrière ses personnages et faire en sorte que ce soit ces derniers qui mènent la barque de l'intrigue, il produit alors un livre qui va se révéler être une lecture particulièrement riche en émotion. Et c'est ce que parvient de nouveau à faire Patrick Graham.
 Tout en subtilité, l'auteur nous présente des personnages très attachant qui vont nous faire partager une aventure humaine riche et poignante.
Le casting principal est constitué d'êtres damnés dont les chemins se croisent, se séparent, et promettent des retrouvailles particulièrement dantesques.
Nous voilà embarqués dans une odyssée, une fresque qui devient une déclaration d'amour aux classiques de la littérature américaine.
Sur fond d'une crise économique dévastatrice (et malheureusement toujours d'actualités), Des Fauves et des hommes met en avant la corruption et la cupidité qui gangrènent nos sociétés, nous aveuglent et nous amènent trop souvent à mettre un chapeau sur la vérité et à renoncer à l'humain.
Sid et Carson rentrent dans le panthéon des personnages qui nous touchent au cœur par leur humanité et qui ne nous quittent plus après avoir tourné la dernière page.
Une aventure inoubliable. Du très très grand Patrick Graham.

Frédéric Fontès