mercredi 30 juin 2010

Zombies par Olivier Peru et Sophian Cholet



Pourquoi je vous conseille vivement la lecture de cet album ? Le pourquoi du comment en 10 points :

1/ Parce que c'est bien écris. Il y a juste à lire le prologue pour savoir que c'est millimétré pour nous balader là où ne s'y attend pas. Prologue à l'image du reste de l'album : personne n'est à l'abri de mourir, même l'espoir.

Olivier Peru se fait plaisir, et ça se voit. Il joue avec son héros, qu'il rend fou, comme il joue avec nous. Ce début, ce milieu et cette fin d'album, c'est une histoire que j'aurai aimé lire en roman, que j'aurai savouré dans un film ou une série tv mais que je déguste finalement en un seul album. Pas en 3 ou 4 albums. En un seul.

2/ Parce que c'est le premier album de Sophian Cholet, et que pour une première fois, c'est un dé-pucelage auquel on est ravis d'assister. Je retrouve un peu les mêmes sensations que j'avais eu en lisant le premier opus d'Omnopolis : de la même manière, Geyser, alias Romain Gashet, m'avait mis ma petite claque et j'avais déjà compris comme tous le monde, que ce mec avait un putain de potentiel dans le crayon.

3/ Parce que c'est bien colorisé. Simon Champevolier y fait un très bon boulot, et c'est tout ce que j'aime dans une colorisation. Une gamme de couleurs cohérente qui joue bien avec la profondeur de certaines cases du Cholet. Et il donne le ton général de l'album. Miam.

4/ Parce que c'est du French Zombie, que ça n'a rien à envier au Walking Dead de Kirkman / Adlard et parce que les fans du genre sauront apprécier l'objet.

5/ Parce que c'est bien emballé. Après la collection 1800, Soleil nous montre encore une fois qu'ils savent fabriquer de beaux écrins. La collection Anticipation semble le confirmer également.

6/ Parce qu'Olivier Peru est un pote, et qu'il n'y a rien de plus plaisant que de faire de la pub pour quelqu'un qu'on aime et qui fait bien son taff.

7/ Parce que Zombies, c'est frais et marrant, et qu'il y a du Serge LaPointe dedans.

8/ Parce que j'ai très envie de lire la suite.

9/ Parce que je suis fier.

10/ Parce qu'on ne peut absoudre celui qui ne se repent pas. Alors si vous voulez que je vous pardonne, achetez l'album, on causera absolution ensuite, autours d'une bonne bière, ça vous va comme deal ?

Liens :
Le blog de l'artiste : http://sophiancholet.blogspot.com
Le blog du scénariste : http://olivierperu.blogspot.com
Le blog du coloriste : http://thecoloshow.blogspot.com
Le site de l'éditeur : www.soleilprod.com

Frédéric Fontès

jeudi 24 juin 2010

Une ombre sur la ville de James Patterson

La suite de Crise d'otages, mettant en scène Mike Bennet, sera disponible le 01er septembre, aux éditions de l'Archipel. Une Ombre sur la ville de James Patterson est traduit par Philippe Hupp.


Psychose à Manhattan
Un tueur machiavélique, baptisé « Le Professeur », sévit à Manhattan. Ses cibles : le gratin new-yorkais, l’élite qui hante magasins, clubs et hôtels huppés de la 5e Avenue. Sa particularité : il agit en plein jour et à visage découvert. Son message, qu’il diffuse sur Internet comme pour narguer la police : soyez humbles ou préparez-vous à subir le châtiment du Professeur ! Si certains considèrent que les riches ont enfin ce qu’ils méritent, l’élite de New York, elle, panique. Un seul homme peut identifier le serial killer et mettre un terme à l’angoisse qui gagne : Mike Bennett, du NYPD, négociateur hors pair – et héros de Crise d’otages – qui a fait ses preuves lors de précédentes affaires. Quand Bennett croit découvrir enfin l’identité de l’assassin, il se rend chez lui pour l’arrêter, mais le retrouve mort. Et les crimes continuent...

Frédéric Fontès

Tu ne te souviendras pas de Sebastian Fitzek

Tu ne te souviendras pas est le troisième roman de Sebastian Fitzek à paraitre le 06 octobre au éditions de l'Archipel, après Thérapie et Ne les crois pas. Il est traduit de l’allemand par Pascal Rozat.

Un enfant terrifiant
Depuis la disparition de son fils, le couple de Robert Stern, célèbre avocat berlinois, a volé en éclats. Un soir de pluie, l’une de ses anciennes maîtresses lui donne rendez-vous dans une friche industrielle désaffectée, à l’écart de la ville. Elle est accompagnée de Simon, 10 ans, atteint d’une tumeur au cerveau et, surtout, convaincu d’avoir été un assassin dans une vie antérieure... Impensable ! Et pourtant, sur les indications du jeune garçon, Robert découvre le cadavre d’un homme que Simon prétend avoir assassiné quinze ans plus tôt à coups de hache... Quelques jours plus tard, Robert reçoit un étrange coup de fil. Une voix masquée lui annonce que l’enfant qu’il croyait avoir perdu dix ans plus tôt est en réalité bien vivant. Cependant, pour le retrouver, il va devoir d’abord découvrir qui a commis les meurtres dont s’accuse Simon...

« Des pages qui tremblent toutes seules » (Bild am Sonntag) ;
« Le thriller le plus palpitant de l’année » (Bunte).

Pour pré-commander le livre en ligne :
Frédéric Fontès

L'épouvantail de Michael Connelly (2)



C'est un régal de retrouver le personnage de Jack McEvoy, crée il y a 14 ans dans le best-seller le Poète, où il y faisait sa première apparition. On l'avait recroisé par la suite dans l'Oiseau des ténèbres et dans le Verdict du plomb.
C'est surtout, un plaisir de découvrir que l'auteur en fait presque son avatar littéraire : en écrivant son livre à la première personne, Michael Connelly en profite pour nous montrer le fonctionnement d'un journal, mécanique qu'il connait bien puisqu'il a été, comme son héros, chroniqueur judiciaire au Los Angeles Times. Ram, radeau et budget n'auront plus de secret pour vous. L'auteur vulgarise avec une aisance naturel (on sait pourquoi !) le quotidien d'un journaliste, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs. En espérant que nous aurons l'occasion de revoir Jack et peut être sa balle d'argent ...

Le roman est disponible depuis le 14 mai aux éditions du Seuil.



Frédéric Fontès

vendredi 18 juin 2010

Polka de Mathieu Croizet



Un polar musclé et souple à la fois, avec un héros grande gueule et gros bras, qui ne rate ni un baston ni une fusillade. Et qui pratique New York comme si c’était un grand village.

Paul Casanova, alias « Polka », est un flic newyorkais d’origine corse. Du genre incassable, il prend des coups et encaisse toujours, en se relevant à chaque fois. Flanqué d’une dragonne de la police des polices, il va dénouer une enquête mouvementée et retourner sa partenaire forcée à son propre avantage.

« Polka, arrête tes conneries, tu sais que tu es sur la corde raide, un pas de travers et tu tombes ». L’inspecteur Paul Casanova, dit Polka, est averti… Il doit faire du bon boulot, et dans les règles. Il faut dire qu’entre drogue, crime et pornographie, à New York, la police ne chôme pas. Polka, hostile à toute hiérarchie, est un flic rock’n’roll qui n’a pas peur des coups. Mais cela peut-il suffire ? Entre flingages sévères, tabassages en règle et descentes dans les milieux les plus interlopes, « Polka » est un polar haletant et moderne, dans le registre des ouvrages de Michael Connelly ou de Bret Easton Ellis, qui vous tient en haleine à un rythme effréné.

Flic corse - New York – thriller – action – personnage attachant, grande gueule et costaud façon Bruce Willis – écriture accrocheuse – humour et rock’n’roll.

Mathieu Croizet est avocat à Marseille. Il a vécu de nombreuses années à New York. C’est son premier roman.


Le site de l'éditeur : www.editionslecailler.com

Frédéric Fontès

jeudi 17 juin 2010

Donne-moi tes yeux de Torsten Petterson


Une jeune femme est retrouvée mutilée dans un parc de la petite ville finlandaise de Forshälla, nue, les orbites vides, un « A » gravé sur le ventre.
Le commissaire Harald Lindmark de la brigade criminelle dirige l’enquête.

« Au cours de l’année qui vient de s’écouler, j’ai changé aussi bien en tant qu’être humain qu’en tant que policier. J’ai pensé et fait beaucoup de choses qui m’auraient été étrangères auparavant. Je tiens à en faire un récit exhaustif afin que moi-même et les autres puissions comprendre. »

Une intrigue qui fait perdre pied au lecteur, page après page, l’entraînant de plus en plus loin de ses certitudes. Un prodigieux roman de manipulation.
Torsten Pettersson est né en 1955, en Finlande. Il est aujourd’hui professeur de littérature en Suède à l’Université de Uppsala. Après de nombreuses publications universitaires et des recueils de poésie primés, il livre Donne-moi tes yeux, un premier roman impressionnant.

Éditions Télémaque
Date de parution : 24 juin 2010
14 x 20,5 cm
400 pages
22 €

Alléchant, non ?

Frédéric Fontès





The Death Instinct de Jen Rubenfeld

Après L'Interprétation des Meurtres, voici la suite du roman de Jed Rubenfeld, The Death Instinct, à paraitre aux USA en septembre prochain.
En attendant de savoir quel est l'éditeur qui prendra la suite des éditions Panama pour publier ce deuxième opus, voici le résumé en anglais :

Ten years on from THE INTERPRETATION OF MURDER, Stratham Younger and James Littlemore embark on a thrilling new adventure in the aftermath of a terrorist attack in New York; it is a story that will lead Stratham to the heart of war-ravaged Europe, where he will once again encounter Sigmund Freud.
12.01pm, September 16, 1920. A quarter ton of explosives is detonated on New York's Wall Street, the deadliest attack in the United States' 150 year history. Stratham Younger, recently returned from the battlefields of Europe, witnesses the explosion alongside Captain James Littlemore of the NYPD and Colette Rousseau, a brilliant and beautiful young disciple of Marie Curie. Littlemore's investigation will lead him into conflict with the FBI, and to the centre of a dangerous web of corruption that links Wall Street and Washington. Meanwhile Stratham and Colette embark on a perilous journey that will take them to Vienna, where Freud will shed light on his theory of the human desire for destruction, even self-destruction, which he terms 'the death instinct'.

Frédéric Fontès

L'Interprétation des Meurtres de Jed Rubenfeld

En 1909, accompagné de son ami Ferenczi et de son disciple Jung, Sigmund Freud, dont les théories à propos du comportement, du sexe, et de la psychologie faisaient grand bruit, fit son seul et unique voyage à New York, pour donner une série de conférences. Malgré l’immense succès de cette visite, par la suite, Freud en parla toujours comme d’une expérience traumatisante, traitant même les Américains de « sauvages ». Ses biographes se sont longtemps interrogés sur ce qui avait pu se produire là-bas, allant jusqu’à envisager la possibilité d’un événement inconnu de tous, expliquant ces réactions autrement incompréhensibles chez Freud…
S’inspirant de ce fait toujours débattu, Jed Rubenfeld nous livre un thriller historique à l’intrigue impeccable, où Freud et ses élèves croisent dans un New York en mutation un tueur au goût affirmé pour les fraîches et provocantes héritières. Ou comment Hamlet, Oedipe, Sade (cravache à l’appui) et Jack l’éventreur se rencontrent…

Voici ce que j'en disais en octobre 2007 :

L’histoire est racontée à la première personne, du point de vue du Docteur Stratham Younger, jeune psychanalyste américain, qui va accompagner le Docteur Freud pendant son séjour aux États-Unis. Nous passons d'un chapitre à l'autre des points de vue du Docteur Younger, du médecin légiste, d’un enquêteur et parfois avec celui … du tueur.

Les amoureux des quartiers américain du début du 20ème siècle seront ravis de lire des descriptions précises du formidable élan architectural naissant aux USA dans ces années là.
Sans être rébarbatif, le style de Jed Rubenfeld se veut réaliste et il dépeint aussi bien ses personnages que le décor dans lequel ils évoluent. D’ailleurs, c’est avec un plaisir non dissimulé que l'on découvre que les chapitres du thriller alternent avec des anecdotes de la vie de l'époque, de ses us et coutumes, une manière de bien situer ce à quoi le héros est confronté. C’est une sorte de journal de bord qui va permettre au lecteur de s’immerger dans cet univers. Les nombreux détails qui y sont relatés rendent la lecture plus lente mais celle-ci n’en est que plus savoureuse. Savoureuse parce qu’il plane au dessus de ces histoires situées en 1900 un romantisme qui ne peut pas nous laisser de marbre.

L'auteur se charge de rendre intéressant un sujet plutôt casse-gueule dans un thriller : l’analyse et la psychanalyse. John Katzenbach a lui aussi abordé avec succès ce sujet dans le tout aussi génial l’Analyste.
Au sujet de la psychanalyse et des transfères patients/analyste et analyste/patients, un passage intéressant du livre page 151 :  


« Il vous faut traiter ces sentiments comme des données : vous devez les arranger de manière stratégique. Ils sont fictifs. Ils n’ont pas plus de réalité que les sentiments d’un comédien sur scène. Un bon Hamlet ressentira la rage envers son oncle, mais il ne commettra pas l’erreur de se croire vraiment en colère contre son collègue tragédien. Il en va de même de l’analyse. »

Quelques lignes plus tard, nous apprenons l’origine du nom de la maladie des caissons. Intéressant d'apprendre des choses à l’occasion d’une de ses lectures. Des livres et des histoires qui vulgarisent aussi bien des sujets aussi ardus, ça ne court pas les rues.

C'est tout aussi intéressant quand Caleb Carr parle du métier de l’Aliéniste dans le roman du même nom. Quand John Darnton nous raconte la vie de Darwin dans la Conspiration Darwin. On dévore le livre de Louis Bayard sur la jeunesse d’Edgar Allan Poe dans l'Oeil bleu pale, on savoure les aventures de Sir Arthur Conan Doyle et d’Houdini dans Nevermore de William Hjortsberg. On s’enthousiasme en lisant les aventures d’un prestidigitateur dans Carter contre le Diable de Glen David Gold. Et puis pour conclure celle petite liste, on ne peux pas manquer de parler de l’excellent Rectificateur de Jeffery Deaver.

Ça ne court pas les étalages mais ça existe !!!

La manière dont Jed Rubenfeld gère ses personnages, avec ces différentes tranches de vies qui gravitent les unes autours des autres, cette ambiance et cette dureté, ne sont pas sans rappeler le style de James Ellroy et son génial L.A. Confidential. Souhaitons à l’auteur d’avoir autant de succès qu’Ellroy, ça ne serait que mérité.

Léger bémol pour la fin et les explications un peu tarabiscotées. Tellement de facteurs rentrent en compte que finalement, cette fin de roman est impossible à raconter sans se prendre les pieds dans le tapis. Cela n’enlève pas d’intérêt au roman, loin de là, mais c’est dommage car cela empêche peut être le livre de friser la perfection.

Tout aussi passionnantes, les dernières pages, note de l’auteur, où ce dernier nous explique ce qui est vrai dans son roman, et les libertés prises avec la chronologie, etc.

Et puis pour finir, difficile de parler de ce roman sans parler du très bon travail de la traductrice, Carine Chichereau, qui a dû abattre un sacré boulot afin d' adapter ce roman bourré de références médicales. Grâce à elle, la lecture du livre est limpide et agréable.

Encore un roman donc, qui donne envie de découvrir la véritable histoire de l'un de ses personnages, Sigmund Freud. Voici quelques liens :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sigmund_Freud
http://www.infoscience.fr/histoire/portrait/freud.html

Le Hold-up des silencieux de Stephan Ghreener

« Voyez le bon côté des choses, tout le monde a un prix. »
Secret, indiscret, impertinent, séduisant, réactif, instinctif. Efficace. Joshua Gallagher est l'homme de la situation. Le monde des affaires l'appelle à la rescousse quand il faut flirter avec la ligne jaune... voire la franchir.
Cette fois, c'est Christopher Oscada, fondateur d'un des plus importants groupes de communication qui a besoin de lui.
Car, alors que toutes les places financières sont à la baisse, l'action du groupe Osworldwide est la cible d'achats réguliers et anormalement élevés.
Oscada est très loin d'imaginer ce qui est orchestré au sein même de son groupe. Et, pour résoudre cette affaire, Joshua Gallagher devra peut-être se montrer plus retors que ceux qui font appel à ses services. Pour devenir, en période de crise et grâce à des méthodes plutôt musclées et peu conventionnelles, un spécialiste du renseignement économique unique en son genre...
À chaque époque, ses hommes d'action : James Bond est né avec la guerre froide, Joshua Gallagher avec notre monde en crise. Un globe-trotter en perpétuel mouvement qui accepte des missions risquées, soit pour des intérêts privés, soit pour sa quête personnelle, toujours à la limite de la légalité mais en suivant ses propres règles et en restant fidèle à ses principes.


Stephan Ghreener est né à Dieppe en 1975. Suite à ses études d'architecture, il décide de fonder une entreprise de décoration. Après cinq années passées à parcourir l'Europe pour sa société, il part aux États-Unis. De retour en France il écrit Saisie, son premier roman. Il vit aujourd'hui entre paris et les États-Unis. Le Hold-up des silencieux est son deuxième roman.


Pour le commander en ligne : 
Frédéric Fontès

Freedom™ de Daniel Suarez

La suite de Daemon, de Daniel Suarez, est disponible en anglais : Freedom™. En attendant des infos sur sa publication chez Fleuve Noir, voici le résumé, dans sa langue d'origine :

The propulsive, shockingly plausible sequel to New York Times bestseller Daemon

In one of the most buzzed-about debuts of 2009, Daniel Suarez introduced a terrifying vision of a new world order, controlled by the Daemon, an insidious computer program unleashed by a hi-tech wunderkind, Daemon captured the attention of the tech community, became a New York Times and Indie bestseller, and left readers hungry for more.

Well, more is here, and it's even more gripping than its predecessor.

In the opening chapters of Freedom™, the Daemon is firmly in control, using an expanded network of real-world, dispossessed darknet operatives to tear apart civilization and rebuild it anew. Soon civil war breaks out in the American Midwest, in a brutal wave of violence that becomes known as the Corn Rebellion. Former [spoiler], now the Daemon's most powerful-though reluctant-operative, must lead a small band of enlightened humans toward a populist movement designed to protect the new world order. But the private armies of global business are preparing to crush the Daemon once and for all.

In a world of conflicted loyalties, rapidly diminishing human power, and the possibility that anyone can be a spy, what's at stake is nothing less than human freedom's last hope to survive the technology revolution.

Frédéric Fontès

Chronique : Daemon - Daniel Suarez (Fleuve Noir)

Il est mort, il va enfin pouvoir gouverner le monde…

Dans notre société moderne, la technologie contrôle presque tout, du système d'ouverture centralisé de nos voitures au trafic aérien en passant par les transactions financières en tout genre. Le risque : que la machine s'emballe...
Matthew Sobol était l'un des développeurs de jeux vidéo les plus en vogue du moment. Sa mort a affecté des milliers de personnes. Derrière lui, il laisse des fans en état de choc, mais aussi un étrange programme. Un « démon » particulièrement nocif qui s'infiltre dans tous les réseaux informatiques du monde, réalise des transferts bancaires, recrute des gens pour le servir et... tue.
L'inspecteur Peter Sebeck, chargé de l'enquête, se trouve confronté à un cas de figure pour le moins déroutant. Il connaît le coupable, sauf que ce dernier est mort et qu'il lui parle depuis la tombe, par ordinateur interposé. Sebeck doit impérativement trouver un moyen d'arrêter ce « démon » avant qu'il ne parvienne à ses fins. Et pour cela, déterminer ce qu'il cherche. Le temps lui est compté car ce programme se propage vite, très vite et personne ne semble à l'abri... pas même vous !

Pas la peine de passer par quatre chemins : ce roman est une merveille du genre. Menée tambour battant, l'histoire n'est qu'une immense vague déferlante qui va nous emporter droit vers la dernière page, avec une incroyable efficacité (Daniel Suarez signe ici son premier roman). Si vous avez aimé Meurtre.com de Jeffery Deaver, vous allez A DO RER ce roman riche en rebondissements, avec une galerie de personnages très attachants et une progression de l'histoire qui n'a rien à envier aux meilleurs romans de Michael Crichton. Ruez vous dessus.
Daemon est au techno-thriller ce que l'Exorciste est au film d'épouvante : une référence, une claque dans la gueule!
Traduit par Leslie Boitelle ( à qui nous devons, entre autre l'excellente traduction de Chicago Way de Michael Harvey et de sa suite qui vient de paraitre).
Le roman est disponible depuis le 08 avril aux éditions Fleuve Noir.

Passer par lalibrairie.com pour vous faire livrer le grand format ou l'édition poche en cliquant sur Grand ou Poche. Le roman est également disponible en format e-book en cliquant ICI.

Frédéric Fontès

mercredi 16 juin 2010

Seul à savoir de Patrick Bauwen (2)


La quatrième de couverture du prochain roman de Patrick Bauwen, Seul à savoir, a été mise en ligne sur le facebook de l'auteur. Le roman est à paraitre en septembre prochain.

Marion est sur Facebook.

Le grand amour l'attend
Un tueur aussi.

À vingt ans, Marion est frappée par un drame : Nathan Chess, le jeune et brillant chirurgien dont elle est éperdument amoureuse, disparaît sans laisser de trace.
Quinze ans plus tard, sur Facebook, un message lui parvient :
" Je sais ce qui est arrivé à Nathan. Voulez-vous jouer avec moi ?
Signé : Le Troyen "
Marion accepte... et plonge dans un jeu de piste infernal.
Meurtres, coups de théâtre, faux-semblants, avec au bout du cauchemar, la plus incroyable des révélations :
... le secret de Nathan Chess.

MAJ avec la couverture qui vient d'être mise en ligne sur amazon.
Pour le pré-commander : 
Frédéric Fontès



mardi 15 juin 2010

L'enfant perdu de John Hart (3)

Romans après romans, John Hart parvient à offrir à ses lecteurs de véritables pépites du genre. C'est l'histoire magistrale, touchante, et lyrique d'un petit garçon qui n'en est plus vraiment un depuis la disparition de sa sœur jumelle et qui va faire ce que les adultes ne sont pas parvenus à faire : retrouver sa trace. Dans la lignée de Seul le Silence de RJ Ellory, les Lieux Sombres de Gillian Flynn et Retour à Redemption de Patrick Graham. Les fans de King seront contents d'y croiser un ersatz de John Caffey...
Vivement le prochain.

Frédéric Fontès

jeudi 10 juin 2010

Captifs de Inger Ash Wolfe (2)



Captifs d'Inger Ash Wolfe
traduit de l’anglais (ÉTATS-Unis) par Jean-Pierre Roblain
400 pages env. • Format : 140 x 225 • Prix : 19,90 

L'inspecteur Hazel Micallef se remet peu à peu d’une opération du dos. La série de meurtres qui a récemment ensanglanté la petite ville de Port Dundas semble désormais derrière elle. Mais c’est alors que deux promeneurs repêchent le corps d’une femme dans les eaux du lac Gannon. La noyade accidentelle est écartée d’emblée. Beaucoup plus troublant encore, au même moment, un journal local entame la publication d’un feuilleton, dont le premier épisode décrit point par point les détails de la macabre découverte, censés être tenus secrets… À chaque fois, le feuilleton décrit un nouveau meurtre bientôt devenu réalité. La police se retrouve sur les dents, à tenter de déjouer en vain le sordide dénouement de chacun des épisodes. Hazel reprend du service. Même diminuée, elle sent que le tueur veut jouer avec elle. Il y a du psychopathe dans l’air…





Il sera disponible le 09 septembre aux éditions Fleuve Noir. Pour pré-commander le roman en ligne :
Frédéric Fontès

lundi 7 juin 2010

Les Cicatrices de Jac Barron : la chronique

Pulsion : action influencée par l'inconscient.

Psychique : qui concerne la pensée, l'esprit.

Cicatrice : Trace d'une blessure morale, d'un souvenir traumatisant.

Ce que l'on ne peut pas reprocher à l'homme, c'est d'être lucide. Pour lui, il est devenu évident qu'il est plus facile d'abandonner un enfant que de l'aimer. De croire en un Dieu libérateur que de faire le travail soi-même. D'assumer sa sexualité plus conforme à celle qui est considérée comme la norme plutôt que celle que l'on a vraiment au fond de soi. Il est toujours plus facile de voler ce que l'on ne peut s'acheter et de tuer celui ou celle qui n'est pas d'accord avec vous, pour alimenter son ego. L'homme fuit ses responsabilités et la génération à venir en rajoute une couche : elle jouit du fait qu'elle ne se sent plus responsable de rien. [...] Non, l'homme ne veut pas guérir. L'homme veut jouir.

Marc Dru, page 206.


Comme Maxime Chattam en son temps, Jac Barron vient à la rencontre de ses lecteurs avec le premier opus d'une trilogie.

Difficile durant les premières pages de mettre le doigt sur ce qui caractérise l'écriture de Jac Barron. Pourtant, c'est là, devant notre nez. L'histoire se déroule bien de nos jours, à Paris, mais l'auteur donne vie à ses personnages en créant l'impression fantomatique qu'ils errent entourés d'une sorte de halo, comme des comédiens éclairés sur scène par la «poursuite» et laissant le décor un peu en retrait. Ce dernier s'estompe pour nous plonger dans un univers pessimiste, où la moindre raie de lumière sera vite dévorée par les ténèbres. Par conséquent, en l'absence de détails sur l'environnement dans lequel évoluent les personnages, on a le sentiment de lire un roman d'anticipation. Et c'est en partie sur cette base qu'il a bâti son thriller psychique. Qu'on se le dise.

En matière de thriller psychologique et de trilogie, Jérôme Camut et Nathalie Hug ont, avec la Voie des Ombres (Prédation, Stigmate, Instinct) lancé des pistes, suggéré une manière de lier la psychologie de leurs personnages à celles de leurs lecteurs. En déterminant trois étapes, trois tempéraments qui font référence aux trois tomes, ils gagnent à l'occasion une identité : la colère, la résignation, la compréhension. Avec en toile de fond, ce sentiment quelque peu poisseux et collant qui interpelle subtilement l'esprit en cours de route et que l'on se prend de plein fouet à la fin : ce sacré syndrome de Stockholm.

Il est encore trop tôt pour pouvoir situer les Cicatrices dans la trilogie de Jac Barron (qui sera suivi par Plasma et Impulsions) mais force est de reconnaître que cette incursion dans le thriller psychique, cette fois, va avoir le même genre de répercussion sur le lecteur. Ici, c'est avec l'inconscient de ses personnages et ses mystérieuses influences qu'il joue.

Comment reconnaît-on un bon auteur de thriller ? Outre le fait qu'il produit une bonne histoire, il anticipe et couve les réactions de ses lecteurs. C'est un des éléments fascinants de ce premier opus, en effet le romancier nous colle au train. Cette oppression ressentie pendant la lecture sera confirmée dans le texte. Jac Barron surveille l'évolution de ses personnages et implique son lecteur.

Les premiers chapitres, qui alternent à la première personne chaque point de vue du casting, sont quelque peu déstabilisants. Juste le temps de s'habituer aux différents narrateurs, à ces autres voix qui vont venir chuchoter leur pensées aux oreilles du lecteur. Une manière pour lui de changer de peau et d'alterner les mues. L'auteur surveille son lecteur comme le lait sur le feu, n'hésitant pas à l'occasion à crever à coups de canif cette peau qui apparaît au fur et à mesure de la cuisson.

Les Cicatrices est une sorte de chrysalide qui va enfermer lecteur et personnages dans un cocon, dont la finalité ne sera révélée que dans les ultimes pages. Il faudra évoluer dans leur sillage en fonction de l'histoire, en s'attachant d'abord à Franck Marshall, à Emily puis à Marc Dru pour finalement regarder Serge Miller d'un œil nouveau.

Jac Barron nous plonge étape par étape dans les méandres de la psyché de ses personnages, pour nous laisser, après la dernière page, avec le sentiment d'être hanté par ces graines de folie qu'il a pris un malin plaisir à semer pendant 485 pages. La suite de la trilogie, il faudra la lire dans Plasma, à paraître en septembre prochain.

Un roman percutant, oppressant, dans un style qui va donner ses lettres de noblesse au thriller psychique et assurément, marquer les esprits.

Le livre contient des scènes difficiles, attention aux âmes sensibles. Il sera disponible à la vente le 16 Juin 2010.

32232_408370353255_615978255_4342730_8147898_n.jpg



Frédéric Fontès

Le Syndrome E de Franck Thilliez

C'est le 14 octobre prochain que sera disponible le nouveau roman de Franck Thilliez, le Syndrome E. À cette occasion, l'auteur change d'éditeur en quittant le Passage pour rejoindre Fleuve Noir.

On y verra le retour du personnage des premiers romans de l'auteur, Sharko (Train d'enfer pour ange rouge et Deuil de miel), qui fera équipe avec Lucie Hennebelle (la Chambre des morts et la Mémoire fantôme).


Une affaire étrange bouleverse l’été du lieutenant de police Lucie Henebelle : un de ses ex-petits amis a perdu la vue en visionnant un court métrage, acheté au fils d’un collectionneur décédé. Un film muet, anonyme, à la mise en scène malsaine et au scénario énigmatique.

Au même moment, le commissaire Franck Sharko, ancien de la Criminelle, accepte de reprendre du service sous la pression de sa hiérarchie. Cinq cadavres ont été retrouvés deux mètres sous terre. Cinq corps d’hommes impossibles à identifier, mains coupées, dents et yeux arrachés, boîte crânienne tranchée, cerveau disparu.

Alors que Lucie découvre les horreurs que cache le film, un mystérieux coup de fil l’informe du lien ténu qui existe entre cette bobine et l’histoire des cinq corps. Une seule et même affaire grâce à laquelle Lucie et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier, vont pouvoir se rencontrer…

Des bidonvilles du Caire aux institutions catholiques du Canada, les deux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu baptisé le syndrome E.
Un mal d’une réalité effrayante, qui révèle les atrocités dont nous serions tous capables…


Pour pré-commander le livre en ligne :  





Méfiez-vous le Syndrome E est certainement en vous… 


Frédéric Fontès



dimanche 6 juin 2010

Un nouveau roman James Bond écrit par ... Jeffery Deaver !



Project  X

Projet X est le titre de travail du prochain roman consacré à James Bond que Jeffery Deaver va écrire et qui paraitra le 28 Mai 2010 à l'occasion de l'anniversaire du créateur du personnage, Ian Fleming. En attendant des infos sur une éventuel publication du roman en français, voici quelques détails en anglais :


Project X

Ian Fleming Publications Ltd has chosen international bestselling thriller writer, Jeffery Deaver, to write a new James Bond book.

The novel, currently known as Project X, will be published on May 28, 2011 — for Ian Fleming's birthday. It will be published by Jeffery Deaver's publishers Hodder & Stoughton in the UK and Simon & Schuster in the US.

007 came to life fully-formed in 1952 when Ian Fleming wrote Casino Royale. Since then over 100 million James Bond books have sold worldwide.

In 2004, Deaver won the Crime Writers' Association's Ian Fleming Steel Dagger Award for his book Garden of Beasts. In his acceptance speech he talked about his life-long admiration of Fleming's writing.

Corinne Turner, Managing Director of Ian Fleming Publications Ltd, was in the audience. She explains, 'I'd always enjoyed Jeffery Deaver's thrillers, but I particularly liked Garden of Beasts: it demonstrated that he was not only a master of the contemporary American thriller but could also write compelling novels of period suspense within a European setting. I didn't know anything about the author himself and expected a fairly low key response from him when he received our award.

'I was surprised and delighted when he spoke very fondly of Ian and about the influence that the Bond books had had on his own writing career. It was at that point that I first thought that James Bond could have an interesting adventure in Jeffery Deaver's hands.'

Deaver comments, 'I can't describe the thrill I felt when first approached by Ian Fleming's estate to ask if I'd be interested in writing the next book in the James Bond series. I began reading them when I was about nine or ten, ignorant of the Cold War politics they explored but enthralled by their sense of adventure and derring-do. I continued to read and reread them, which was fortunate because as a teen and adult I found, of course, nuances, that were invisible to a child.'

He continues, 'The Bond books were important parts of my life – both literarily and personally. They appealed to me as wonderful stories but they also stood as singular examples of a thriller writer's craft. I learned, through osmosis as well as design, much technique from Mr. Fleming's work; compactness, attention to detail, heroic though flawed characters, fast-pacing, concrete imagery and straight-forward prose.'

Unlike Sebastian Faulks' centenary novel, Devil May Care, Project X will be set in the present day. Jeffery Deaver has started work on the book and his title is yet to be revealed.

David Rosenthal, Executive vice-president and Publisher of Simon & Schuster, comments, "For Simon & Schuster, Deaver and Bond are a peerless combination: clever, suspenseful and sophisticated. Jeff Deaver will produce a popular entertainment of the highest order."

The original Fleming novels are published worldwide by Penguin Books.


http://www.jamesbondprojectx.com/

Pour écouter l'auteur évoquer le personnage, c'est ici :



Frédéric Fontès

samedi 5 juin 2010

Les Anonymes de Roger Jon Ellory (5)



Le roman de Roger Jon Ellory, les Anonymes, sera disponible en octobre prochain !

Traduit de l’anglais par Clément Baude

Après "Seul le silence" et "Vendetta", le nouveau chef-d’œuvre de R.J Ellory.

Washington. Quatre meurtres. Quatre mode opératoires semblables. Tout laisse à penser qu’un serial killer est à l’œuvre. Enquête presque classique pour l’inspecteur Miller. Jusqu’au moment où celui-ci découvre qu’une des victimes vivait sous une fausse identité, fabriquée de toutes pièces. Qui était-elle réellement ? Ce qui semblait être une banale enquête de police prend alors une ampleur toute différente, et va conduire Miller jusqu’aux secrets les mieux gardés du gouvernement américain.
 « Un véritable aboutissement du genre. Des fanfares devraient saluer l’arrivée d’un thriller de cette ambition, de cette puissance et de cette maîtrise » The Guardian.

Après Seul le silence et Vendetta, R.J Ellory pousse à nouveau le thriller dans ses retranchements, et lui donne une nouvelle dimension, loin de tous les stéréotypes du genre. Entre Robert Littell et Michael Connelly, il mène une intrigue magistrale, au suspens et aux coups de théâtre omniprésents, sur un arrière plan historique qu’il serait criminel de divulguer, jusqu’au cœur du système politique américain. Avec ce roman qui allie un sens de la polémique à une tension de tous les instants, R.J Ellory, servi par une écriture remarquable, invente le Thriller du siècle nouveau.

Pour pré-commander le livre en ligne, c'est ici : 
Sinon, n'hésitez pas à solliciter votre libraire.
Frédéric Fontès

mercredi 2 juin 2010

Jass de David Fulmer (3)

La suite du fabuleux roman Courir après le diable, sera disponible le 09 juin prochain, aux éditions Rivages.

Comme je vous le disais déjà ICI, Jass sera la seconde enquête ayant pour héros le détective créole Valentin Saint Cyr. Si dans le premier opus, c'était l'immense Buddy Bolden qui était l'autre héros du roman, cette fois, ce sera le pianiste Jelly Roll Morton qui aura l'honneur d'être à son tour intégré à l'intrigue.

Quatre musiciens ont été assassinés à Storyville, quartier chaud de la Nouvelle-Orléans. Le détective créole Valentin Saint-Cyr s''enfonce dans ces bas-fonds dangereux d'où s''échappe une musique brute et rugueuse appelée Jass. Il découvre que les victimes ont toutes joué, à un moment donné, dans un certain groupe, dont le dernier membre depuis se cache. Alors qu'enfin il semble tenir une piste en la personne d'une fantomatique femme fatale, la police, le maire et même Tom Anderson, le " roi de Storyville ", se mettent à vouloir l'écarter de l'affaire, ce qui le convainc d'une chose : il n'a découvert que la partie émergée de l'iceberg. Mais s'obstiner à vouloir connaître la vérité, dans une ville célèbre pour sa corruption, l'amène à prendre des risques de plus en plus graves...
Un roman sensuel et envoûtant, qui évoque la naissance du jazz et l'atmosphère unique de La Nouvelle-Orléans au début du vingtième siècle, baignée de musique et de bourbon, de vaudou et de meurtres sanglants.


Frédéric Fontès

Proies de Mo Hayder (2)

Le commissaire adjoint Jack Caffery enquête sur une affaire a priori banale de vol de voiture dans le Somerset. Un homme affublé d'un masque de père Noël a agressé une conductrice et s'est emparé de son véhicule. Mais il y avait une passagère, une fillette de onze ans qui demeure introuvable. Le sergent Flea Marley, de la brigade de recherche subaquatique de Bristol, est convaincue que le mobile n'est pas le vol, que l'homme a déjà frappé et frappera encore. Bientôt, un autre enlèvement lui donne raison. Pendant que le kidnappeur nargue les policiers en leur adressant des messages, Flea et Jack s'engagent dans une traque qui va prendre une tournure apocalyptique.

Mon avis sur Polars Pourpres :

Un très bon opus, qui prend son temps pour faire avancer doucement le fil rouge de la série, et crée une surprise en cours de route. De très bon augure pour la suite. Un plaisir de retrouver Flea, qui tire un peu la couverture à elle. L'intrigue est intéressante même si il me semble que certains éléments restent sans réponses à la fin de l'histoire.



Le roman sera disponible le 3 juin 2010 aux éditions des Presses de la Cité.




Frédéric Fontès