dimanche 3 octobre 2010

Plasma de Jac Barron : la chronique

 La Trilogie des Pulsions Opus 2 : Plasma, Transit Éditions, 720 pages, 18 euros.

Rarement le second tome d'une trilogie aura autant remis en perspective un premier opus. Après les ténèbres, nous voici littéralement consumés par la lumière. Jac Barron hypnotise et fascine son lecteur pour lui faire dévorer 720 pages en un clin d'œil.

Si l'opus un "les Cicatrices" installait un univers avec un cadre bien particulier, sa suite "Plasma" opère un gigantesque travelling arrière qui permet de revoir, prolonger et poursuivre les événement de cette première histoire mais sous un autre angle. Qu'on se le dise, dans cette "Trilogie des Pulsions", rien n'est aussi simple que ce qu'il y paraît. On croyait avoir à faire à une simple histoire de psychopathes mais Jac Barron « complique » le mécanisme de son horloge en rajoutant toutes une série d'engrenages qui vont justifier et sublimer les mouvements précédents. "Les Cicatrices" est un roman qui peut se suffire à lui même, mais éclairée sous un nouveau jour via "Plasma", l'histoire prend de l'ampleur et acquiert une autre dimension...

Et cet éclairage, cette raie de lumière trouve toute son importance dans ce nouvel opus. Autant le précédent tome était baigné dans une ambiance sombre et oppressante, autant là on a immédiatement la sensation de naviguer en plein jour, de découvrir de nouveaux espaces, de nouveaux recoins. Cette image est intéressante puisque outre la place importante de cet intense éclat dans le décor, on peut tout aussi bien faire un parallèle avec la mise en lumière des faits évoqués dans "les Cicatrices" et qui ici vont trouver des réponses assez fascinantes. On serait même tenté de résumer le livre via ces quelques mots : "Plasma" est une mise en lumière du thriller psychique dans la Trilogie de l'auteur.
 
Le jeux des ombres et de la lumière, Jac Barron sait y faire. Au lieu de se contenter d'écrire une suite, il va non seulement prolonger ce qu'il a précédemment mis en place mais il va surtout nous montrer la partie immergée de l'iceberg. Toujours en alternant les points de vue, il va littéralement plonger son lecteur dans un état second en lui faisant dévorer les 720 pages du livre. Un chapitre en appelant un autre, on ne sait plus quand s'arrêter. Et du coup, on s'arrête rarement.

Pour conclure, c'est aussi un réel plaisir de découvrir de nouveaux personnages, tel que celui de Lisa Gaspini, qui contribue grandement à la touche fraicheur de "Plasma". On fait aussi la connaissance de Camilla, un travesti fascinant, de Zacharie, un ado très attachant et de Norias, qui va prendre de l'ampleur au fil des pages. Sans oublier les habitués, Miller, Marshal et Dru. Une véritable petite famille que l'on aura du mal à quitter au terme de cette lecture. Vivement 2011 que l'on puisse les retrouver dans "Impulsions", conclusion de "la Trilogie des Pulsions".

Après "les Cicatrices", l'auteur confirme avec "Plasma" l'arrivée de sang neuf dans les rayons thrillers français. 

Pour le commander : 

Frédéric Fontès

Aucun commentaire: